Attention! Elles sont DE retour sur la plage


Par Denise Dumont

Les Galères portugaises ou Vessies de mer ou « Portugese Man-of-war », sont arrivées en banc s’échouer sur nos plages du Sud-est.

Il est normal de voir ces créatures marines arriver chez nous durant l’hiver.

 

Mais soyez bien avisés que les tentacules urticants de cette flottille bleue peuvent blesser gravement et obliger une visite à l’hôpital si vous souffrez d’allergies!

 

Depuis plus d’une semaine, une quantité innombrable de ces ballon bleu-pourpre, enjolivés de longs filaments rosés, peuplent les plages sur plusieurs miles longs. Ces bestioles marines semblent inoffensives et attirent les curieux. Mais chaque année, lorsque des puissants vents et courants dominants les déportent massivement sur le sable, des milliers de visiteurs entrent en contact avec leurs filaments gorgés de substance nocive.

Il en résulte une brûlure plus intense que celle de l’ortie, et le contact peut provoquer un état de choc chez ceux qui en sont victimes dans l’eau. Pire encore, ceux qui réagissent aux piqûres de guêpes risquent de devoir rendre visite à l’urgence. Le poison, produit par l’organisme, vise à tuer les petits poissons qui sont attirés par les filaments. C’est la façon naturelle pour la Galère de se nourrir.

 

Arrivées en ville

Les Galères portugaises vivent habituellement dans les mers tropicales et subtropicales et elles ont échoué il y a une dizaine de jours. Le dimanche 11 janvier, les sauveteurs ont traité 204 touristes sur la plage d’Hollywood seulement. Les enfants sont davantage vulnérables, car ils courent partout sans porter attention. En plus, les tentacules de la Vessie de mer sont souvent enfouis dans le sable.

 

Sur les plages réservées aux animaux, plusieurs chiens ont été victimes de la pauvre créature marine. Une résidente de Jupiter raconte que son chien a passé des heures dans la piscine après avoir joué avec un de ces ballons bleus! Faut-il croire que l’eau calmait ses brûlures.

Bien que les sauveteurs offrent des soins sur la plage, ils recommandent à tous d’être très vigilants.

La Galère portugaise n’est pas une méduse, mais bien un organisme complexe composé d’individus spécialisés qui ne pourraient survivre l’un sans l’autre. Les filaments nocifs peuvent atteindre une trentaine de pieds le long et qui conque ose leur toucher sont instantanément brûlés par le poison.

Si c’est le cas, la façon de procéder est de bien nettoyer la plaie avec de l’eau de mer pour retirer les cellules empoisonnées, puis d’appliquer du vinaigre et de l’eau chaude. Pas d’eau fraiche! Attendez d’être rendu à la maison et utilisez de la glace pour apaiser la douleur. Appliquez une crème analgésique et si c’est approprié, prendre une dose de Benadryl.

« La pire chose à faire lorsque les tentacules sont enroulés autour d’une partie du corps, c’est de les retirer avec vos mains » explique Julianne Charland, Lifeguard et travailleuse en milieu hospitalier. « Utilisez une serviette de plage, un vêtement ou une sandale pour manipuler les filaments, puis, assurez-vous ne de pas porter les mains au visage ou de toucher vos yeux! »