Stiltsville, fameuse et mystérieuse


Par Denise Dumont

Stiltsville a fait maintes apparitions dans la série Miami Vice des années 80, elle est citée dans les romans de Carl Hiaasen et elle participe possiblement aux origines de la réputation wild, cool et mythique de Miami.

Dans les années 1930 jusqu’aux années 1960, ce village de maisons sur pilotis, (stilts en anglais), construites à environ un mile du rivage de Key Biscayne, faisait lieu d’histoires de jeux illicites et de débauche étourdissante. Récemment, le parc national de Biscayne et son nouveau partenaire, le Biscayne National Park Institute, ont commencé des visites historiques régulières en bateau, accompa-gnées d’un guide bien informé et divertissant.

Le mythe, l’histoire
Tout a commencé en 1930 lorsque le dénommé Crawfish Eddie Walker a immobilisé un bateau sur une section peu profonde de la baie et construit un quai avec une cabane. Il y vendait des appâts, de la bière et de la soupe pour les marins du coin.

Peu à peu, d’autres ont commencé à construire des cabanes sur pilotis loin du rivage, laissant beau jeu aux activités plus ou moins légales. Et c’est ainsi que le village a grandi et développé une réputation croustillante. Au plus fort de son activité vers 1960, les bâtiments étaient au nombre de 27 et les histoires d’alcool, de jeux illégaux et de femmes fatales étaient aussi nombreuses et régulières que les vagues déferlant sur la plage.
Le célèbre exemple était le Bikini Club. En 1962, un homme d’affaires / arnaqueur nommé Harry Churchville, également connu sous le nom de « Pierre », avait échoué un yacht de 150 pieds dans les vasières de Stiltsville et l’avait transformé en club social. Il vendait de l’alcool illégalement et les femmes en bikini buvaient gratuitement. Un pont était réservé pour le bronzage nu et les cabines pouvaient être louées pour… on imagine quoi !

Le Bikini Club a été perquisitionné par la Florida Beverage Commission à l’été 1965 et fermé pour avoir vendu de l’alcool sans permis. Le 8 septembre 1965, l’ouragan Betsy a détruit la plus grande partie de Stiltsville et endommagé gravement les bateaux sur lesquels le Bikini Club était basé. En 1966, ce qui restait du Bikini Club a brûlé jusqu’à la ligne de flottaison.

Même après plusieurs années suivant sa disparition, des commérages et des histoires non vérifiables sur le Bikini Club continuaient de nourrir les curieux.

Certaines maisons de Stiltsville étaient et continuent d’être des rendez-vous de week-end et des cabanes de pêcheurs, souvent fréquentées par des personnalités de Miami. En 1985, l’État de Floride a cédé au gouvernement fédéral le fond du terrain sur lequel reposent les structures sur pilotis pour qu’il fasse partie du parc national de Biscayne.

Indéniablement, ce lieu exposé aux intempéries mettait chaque bâtiment à la merci des ouragans et des incendies. En 1992, l’ouragan Andrew n’a épargné que sept structures.

Les visites guidées
Au cours de la dernière année, Biscayne National Park Institute a commencé des tours en partance du domaine de Deering, au sud de Miami. Les visites de trois heures, proposées tous les dimanches, coûtent 56 $ par personne et se font sur un bateau couvert avec une salle de bain. Les sept maisons de Stiltsville sont érigées loin l’une de l’autre mais leur histoire les rapproche et des bénévoles expliquent avec humour le passé du village et de la baie de Biscayne.

Pour en connaître davantage sur le tour en bateau, visitez le site : www.biscaynenationalparkinstitute.org/stiltsville-guided-historic-tour-from-deering-estate/