UnE Étude attendue


Par Denise Dumont

L’Étude d’impact économique Canada-Floride 2018 suscite un intérêt tout à fait particulier. À la suite de la renégociation de l’ALÉNA (Accord de libre-échange nord-américain), devenue l’AEUMC (Accord États-Unis-Mexique-Canada), de l’imposition de multiples tarifs et des tensions politiques suivant la déclaration du président Trump qui considère le Canada comme une menace à la sécurité nationale des États-Unis, il semble bon d’être aiguillé de nouveau par ce rapport.

Le 31 octobre dernier, l’Étude d’impact économique Canada-Floride 2018 a été dévoilée via webinaire. Monsieur David MacNaughton, Ambassadeur du Canada aux États-Unis, a présidé la présentation de Madame Susan Harper, Consule générale du Canada à Miami. Laurent Morel-à-l’Huissier, consul à Miami et très actif à la préparation de l’Étude, faisait état de modérateur.

 

Cette étude révèle des chiffres impressionnants qui serviront possiblement à remettre les pendules à l’heure suivant les accusations du gouvernement Trump. À l’aube des tensions engendrées par l’abolition de l’ALÉNA, M. Morel-à-l’Huissier avait déclaré au journal Miami Today qu’il  était vital que les Floridiens aient une meilleure compréhension de l’importance du Canada pour leur État, et pourquoi la Floride compte énormément pour le Canada. C’est exactement ce que démontre l’Étude.

 

Des faits

Un effectif d’environ 60 officiers et membres du personnel canadien, chargé de la Défense et Sécurité Nationale, sont postés à diverses bases militaires dans l’État et contribuent stratégiquement à la protection des frontières Canado-Américaines. Malgré tout, le président Trump considère le Canada un pays menaçant. Les Floridiens doivent comprendre la fausseté de cet énoncé.

 

Des Chiffres

Les échanges commerciaux, des deux côtés de la frontière, totalisent 7,3 milliards de dollars US. La Floride a exporté 3,1 milliards de dollars en services au Canada. Le portfolio immobilier des Canadiens en Floride s’élève à 53 milliards de dollars, contribuant annuellement au-delà de 500 000 millions en taxes foncières. Les États-Unis ont exporté 18 % de leurs produits au Canada en 2016-17 et seulement 10 % en Chine.

Près de 500 entreprises canadiennes sont établies en Floride et emploient environ 40 000 personnes, fournissant 1,5 milliard de dollars en salaires annuellement.

En 2017, 3,5 millions de visiteurs Canadiens ont dépensé 6,5 milliards de dollars en Floride payant 686 millions de taxe de vente qui vont directement dans les coffrets de l’État. Madame Harper a réitéré qu’en 2013, alors que la valeur du huard excédait celle du dollar américain, 4,1 millions de Canadiens avaient franchi la frontière pour visiter la Floride.

 

LES BÉNÉFICES D’UNE ENTENTE

À la suite de la ratification de l’ALÉNA en 1994, 5,3 millions d’emplois ont été créés au Canada, 31,2 millions aux États-Unis et 18,8 millions au Mexique. Le Canada a augmenté de 165 % l’importation de produits américains depuis 1994 et en exporte 150 % de plus. L’augmentation des exportations américaines au Mexique a fait un bond de 455 % alors que le Mexique exporte aux É-U 637 % de plus qu’en 1994.

Grâce à l’ALÉNA, le Canada a enregistré une croissance de 38.4 % de son PIB, les É-U de 37,04 % et le Mexique, 30,17 %. Ceci devrait suffire à conclure que l’entente était positive et significative.

Selon  Monsieur M. MacNaughton, l’AEUMC, le nouvel accord négocié, devrait renforcer les relations économiques entre les pays. Mais tant et aussi longtemps qu’il n’est pas ratifié, les tarifs, en vertu de l’article 232 imposés par le Canada sur l’acier et l’aluminium, resteront en place.

Le Mexique devrait signer l’AEUMC avant le 1e décembre, date de l’assermentation du nouveau président mexicain. Il est clair que les États-Unis ne signeront rien avant que le nouveau Congrès, élu le 6 novembre, soit mis en place. Le Canada donnera son accord à son tour dès que les États-Unis auront approuvé, supposant que l’entente demeure la même entre les É-U et le Mexique. La ratification pourrait se produire au printemps.

 

Pour obtenir une copie de l’Étude d’impact économique Canada-Floride 2018, faites la demande à MIAMIGR@international.gc.ca