ALERTE :  EFFERVESCENCE D’ALGUES TOXIQUES

ALERTE : EFFERVESCENCE D’ALGUES TOXIQUES


Par Le soleil de la Floride

Les eaux douces des lacs, rivières et canaux des comtés de Palm Beach, Glades, Hendry, Lee, Martin, Okeechobee et St. Lucie sont envahies par des algues toxiques d’un bleu-vert émeraude

L’état d’urgence a été déclaré par le gouverneur Rick Scott le 9 juillet dernier, mais cela n’a pas changé la donne.
Heureusement, la présence de ces nuisances dans les eaux douces et salées des comtés de Broward et Miami Dade est loin d’avoir atteint l’épidémie.
Autrefois rare, cette occurrence est malheureusement devenue un rituel estival depuis trois années consécutives.
Tout a commencé au printemps. Même avant le début officiel de la saison des pluies, des précipitations record en mai avaient dépassé de 300 % la moyenne mensuelle dans la région. Les comtés de Martin et St. Lucie ont reçu 450 % de plus que le record historique, faisant monter d’un pied le niveau du lac Okeechobee.
Ce dernier subit des efflorescences d’algues annuellement, et présentement, l’invasion couvre 90 % de sa surface qui fait 730 miles carrés. Ceci dépasse largement les normales enregistrées par les autorités.
En juin dernier, le gouverneur Rick Scott avait émis un ordre d’urgence pour donner au Département de la protection de l’environnement et au South Florida Water Management, le pouvoir d’abaisser le niveau du lac Okeechobee dont la digue est fatiguée.  Ces grands déversements d’eau ont entraîné, une fois de plus, la prolifération d’algues dans les rivières St. Lucie à l’est du lac Okeechobee et Caloosahatchee à l’ouest.
Une épaisse couche de matière verte fluorescente envahit les eaux douces des deux côté du lac, paralysant les marinas, la pêche, la baignade et la vie marine en plus de tuer des millions de poissons et autres vies aquatiques.
La cause
En gros, la pollution des eaux par les agriculteurs et les producteurs de canne à sucre, le manque de respect par des politiciens d’influence face à l’importance de dépolluer l’environnement et les changements climatiques sont à blâmer. « La solution à ce problème est la restauration des Everglades », a déclaré le paneliste Daniel Andrews, lors d’une réunion publique. « Nous n’avons actuellement pas l’infrastructure pour envoyer de grands volumes d’eau au sud vers les Everglades ».
Si la vibrance du vert est attirante, la viscosité de la couche d’algues microscopiques est dégoûtante et l’odeur fait facilement vomir les cœurs tendres. L’algue produit une toxine et les problèmes de santé associés avec ces algues comprennent des maux de tête, des maux de gorge, des vomissements, de la toux sèche, de la diarrhée et pneumonie.
Les experts affirment qu’à long terme, l’exposition à ces types de prolifération d’algues peut augmenter les risques pour le cancer du foie ainsi que des maladies neurologiques comme la sclérose et la maladie d’Alzheimer.
Du côté du Golfe du Mexique, les scientifiques gardent un œil sur la prolifération accrue de l’algue communément appelée « marée rouge ». Lorsque ces algues de type Karenia brevis poussent à des concentrations élevées dans l’eau, elles éliminent l’oxygène utilisé par les poissons, les lamantins et d’autres créatures.
Elles peuvent causer des problèmes respiratoires et rendre les fruits de mer dangereux à la consommation humaine.