Le retour des forclusions ?


Par Louis S. St. Laurent

Les menaces de forclusion immobilière sont à la hausse en Floride et plus particulièrement dans les trois comtés du Sud-est. Parmi les 10 plus grandes régions métropolitaines au pays, Miami est la troisième plus touchée. C’est du moins ce qu’indique la récente étude produite par ATTOM Data Solutions (ADS), une société spécialisée en analyse immobilière.

Le rapport démontre aussi que dans les villes de Miami, Fort Lauderdale et West Palm Beach, le nombre de créanciers ayant débuté des procédures de recouvrement, a bondi de 29 % en juillet.

 

Alors que le taux de forclusion est en baisse de 0,5 % au pays, les marchés locaux peuvent être totalement différents. Il n’y a pas lieu de paniquer, aux dires de Daren Bloomquist, vice-président sénior et analyste chez ADS. Il ajoute que le pays n’est pas dans la situation de crise de 2008 et qu’il est normal d’avoir des ceux de vagues.

 

Toutefois, l’État de Floride figure au quatrième rang avec une moyenne d’un logement sur 1 180, soit 35 % des détenteurs de prêt hypothécaire, accusant un retard de paiement. Le Delaware, le New Jersey et le Maryland surpassent la Floride.

Faut-il faut savoir lire entre les lignes ?

 

Toujours selon le rapport de la société de recherche, la saison des ouragans a touché 4,8 millions d’immeubles hypothéqués l’an dernier, ce qui a possiblement contribué à l’augmentation de prêts en souffrance. Ceux en retard de 30 jours ou plus ont augmenté de 48 % dans les zones touchées par Irma.

« Les forclusions sont la pointe de l’iceberg qui mènent à un marché du logement en détresse » a déclaré monsieur Bloomquist. « Cette situation pourrait faire boule de neige car lorsque les reprises de possession frappent le marché, la valeur globale des maisons a tendance à baisser. »

 

Dans le domaine immobilier, une propriété dont la valeur marchande est inférieure de 25 % au prêt, est identifiée « en détresse financière ». Lors du deuxième trimestre de 2018, 10,1 % de toutes les propriétés avec une hypothèque aux États-Unis étaient identifiées en détresse profonde. Ceci est toutefois une amélioration radicale par rapport au deuxième trimestre de 2012, où 29 % de tous les foyers aux États-Unis – et 46 % des foyers en Floride – étaient dans la même situation.

 

La hausse progressive des saisies immobilières dans des marchés tels que celui de Miami, où l’inégalité et l’écart salarial continuent de s’aggraver, est inquiétante.

 

Le Dr. Ned Murray, directeur associé au Florida International University Metropolitan Center, a déclaré que même si les chiffres exacts ne sont pas encore disponibles, ses recherches confirment une augmentation considérable de démarches de forclusions dans le Sud de la Floride. Les secteurs les plus touchés sont Homestead, Opa Locka, la ville de Miami, Hollywood et Pompano Beach – tous des quartiers populaires.

 

« C’est une tendance inquiétante, surtout lorsqu’on constate que l’impact le plus important se situe dans les communautés moins nanties », a-t-il déclaré. Ironiquement, Dr. Murray raconte aussi que l’une des causes possibles des forclusions dans les quartiers plus modestes, pourrait être la croissance des valeurs immobilières.

 

Les analystes avertissent que cette nouvelle vague de reprises immobilières pourrait même avoir un impact sur les logements à prix plus élevés, tels que l’offre excédentaire de condos coûteux dans la région de Miami.

La porte s’ouvre-t-elle de nouveau pour les investisseurs?

 

Vous trouverez des experts en immobilier dans les pages de ce journal. Consultez-les, ils sauront vous conseiller.