L’impact des dollars de  l’immobilier

L’impact des dollars de l’immobilier


Par Denise Dumont

En Floride, chaque vente de maison génère en moyenne 21 483 $ aux entreprises liées au secteur de l’habitation, telles que les commissions d’agents immobiliers et les services de déménagement. C’est du moins ce qu’affirme la récente analyse publiée par la National Association of Realtors® (NAR), visant à prouver l’importance du marché immobilier dans l’économie de l’État.

Et ça ne se termine pas à ! Après avoir pris possession de leur nouvelle propriété, les acheteurs dépensent 4 243 $ pour personnaliser, faire des rénovations, acheter des appareils ménagers, des meubles, etc., ce qui porte le secteur immobilier de l’État à 21,9 % de son produit brut.

L’argent dépensé par une personne va dans la poche d’une autre qui à son tour le dépense et ainsi, ajoute à l’impact économique. Selon les calculs de la NAR, les 4 243 $ dépensés pour améliorer la nouvelle propriété se multiplient pour atteindre 13 338 $.
En tout et partout, l’impact de la vente d’une maison en Floride se chiffre à 77 858 $.

Baisse des taux hypothécaires en raison des craintes tarifaires ressenties à Wall Street
Une menace liée aux tarifs douaniers mexicains pourrait aider les acheteurs de maison. Les investisseurs inquiets ont injecté plus d’argent dans les obligations, ce qui a permis de ramener le taux moyen des prêts hypothécaires à taux fixe de 30 ans à 3,82 %. Ceci est une baisse par rapport aux 3,92 % de la fin mai. Le taux fixe sur 15 ans a également baissé à 3,28 % par rapport à 3,46 %.

Il y a un an, le taux moyen des prêts hypothécaires à taux fixe était à 4,54 %. Cette forte baisse n’a pas permis de réaliser des économies uniquement pour ceux qui cherchent à acheter une maison – les propriétaires peuvent également en bénéficier !

Selon Black Knight, une entreprise spécialisée dans les logiciels et outils d’analyse hypothécaire, environ 5,9 millions d’emprunteurs pourraient voir leurs taux baisser en refinançant leurs prêts hypothécaires, soit 2 millions de plus le mois dernier.
« Lorsque nous tenons compte du revenu dans l’équation, nous constatons qu’il faut 22 % du revenu médian pour acheter une maison au prix moyen », a déclaré Ben Graboske, président de la division données et analyses de Black Knight. « C’est le ratio de versement sur revenu le plus bas depuis plus d’un an et de loin inférieur à la moyenne à long terme de 25,1 %. »

Source: CNBC (3 juin 2019) et Black Knight, via Information Inc.