Survol de l’immobilier en Floride

Survol de l’immobilier en Floride


Par Le soleil de la Floride

Les saisies bancaires ont baissé au premier trimestre de 2016 et le marché de l’immobilier continu à rebondir dans le Sud de la Floride.

Les nouveaux cas de faillite ont diminué dans la région au cours du premier trimestre, une indication que dans les trois comtés, la situation a certainement et fermement rebondi après le pire de la crise du logement.

Entre janvier et mars 2016, seulement 2 882 nouveaux cas ont été déposés pour les comtés de Palm Beach, Broward et Miami-Dade, en baisse de 24 % sur l’an dernier, selon la liste de faillite de RealtyTrac.

Au premier trimestre de 2016, le nombre de propriétés résidentielles à différent stade de faillite au sud de la Floride se situait à 10 000.

Ceci est faible comparé au troisième trimestre de 2010 ou un sommet de plus de 58 000 propriétés avaient été prises avec des prêts hypothécaires à problèmes. Bien que le marché soit cyclique, les chiffres actuels montrent un niveau de saisie inférieur à celui d’avant récession.

Le gros du problème était qu’avec la baisse drastique des valeurs en 2008, plusieurs propriétaires se retrouvaient avec une hypothèque supérieure à la valeur de revente, ne laissant souvent d’autre choix que la faillite. Les prix plus élevés des maisons et un meilleur marché du travail ont considérablement réduit le nombre de propriétaires en difficulté.

La hausse des prix apporte cependant un autre problème pour les résidents et les travailleurs dans plusieurs villes du Sud floridien. Les gens dans six villes du Sud de la Floride font face à quelques-uns des plus hauts couts de logement au pays.

Miami occupe le quatrième rang à l’échelle nationale sur une liste des communautés pour les plus hauts pourcentages salariaux devant être attribués au logement, avec 19,34 % des résidents qui dépensent au moins la moitié de leurs revenus mensuels pour le loyer ou les versements hypothécaires. Pembroke Pines était sixième avec 18,84 %, Fort Lauderdale dixième avec 17,91 %, Hialeah onzième avec 17,79 %, Hollywood quatorzième avec 16,89 % et Pompano Beach quarante et unième avec 13,54 %. Ce sont les autres villes locales sur la liste.

Les frais de logement incluent l’hypothèque ou le loyer, les services publics, les impôts fonciers, les assurances et les frais d’association des propriétaires.

Quand les gens dépensent 50 % ou plus de leur revenu mensuel pour se loger, les besoins familiaux essentiels comme la nourriture, les vêtements et les soins médicaux sont relayés au second rang.

Il est alors difficile, voire même impossible, d’accumuler des économies ou de prévoir pour une retraite; les coûts du logement au sud de la Floride ont grimpé en flèche au cours des dernières années alors que les salaires sont restés largement stagnants. Les loyers, en particulier, continuent de grimper et la forte demande ainsi que l’offre limitée, se combinent pour donner un avantage aux propriétaires.

Les projets de logement dédiés aux personnes à faibles revenus sont presque inexistants. Un programme de crédit d’impôt pour les constructeurs de tels projets existe, mais les couts des terrains et de constructions étant élevés et la forte concurrence pour les crédits d’impôt rendent ces projets très difficiles à réaliser.

Aucune stratégie régionale pour la construction de logements à prix modique n’existe.

L’économie de la Floride est une économie de services avec un salaire médian en dessous de la moyenne américaine. Et sachant que le tourisme est grandissant, ceci laisse peu de place pour loger les gens à faibles revenus, ceux-là même qui vous servent et qui sont souvent méprisés.