LE CONGRÈS DES ÉTATS-UNIS NE TRAVAILLE PAS ENCORE POUR LES SNOWBIRDS CANADIENS.

LE CONGRÈS DES ÉTATS-UNIS NE TRAVAILLE PAS ENCORE POUR LES SNOWBIRDS CANADIENS.


Par Louis S. St. Laurent

Au cours des deux dernières années, le projet de loi sur « les snowbirds canadiens » a été présenté au Congrès. L’un de ses promoteurs était le sénateur de Floride, Marco Rubio. Les sessions législatives de 2017 et 2018 n’ont jamais voté concernant ce projet de loi pour le transformer en loi. Apparemment, après deux ans d’inactivité, un projet de loi meurt, donc la proposition n’existe plus au Congrès.

Si le projet de loi avait été adopté par le corps législatif, il aurait permis aux snowbirds canadiens âgés de 50 ans et plus, propriétaires d’une résidence en Floride ou aux États-Unis, de consacrer plus de temps (huit mois au lieu de six) et d’investir plus d’argent, ce qui aurait favorisé l’économie américaine, en particulier celle de la Floride. Même en étant représentée par deux sénateurs républicains, la Floride n’a pas pu faire adopter ce projet de loi par le Sénat américain, qui est contrôlé par les républicains.

La frontière canado-américaine a une longueur de 5 200 miles et on n’entend pas dire qu’il y a un problème d’immigrants clandestins qui traversent cette frontière pour se rendre aux États-Unis.

On pourrait au moins penser que le projet de loi sur les snowbirds canadiens aurait facilement été adopté par la Chambre des représentants et par le Congrès, car il aurait simplement augmenté le tourisme aux États-Unis, particulièrement en Floride, où le président Donald Trump a sa maison d’hiver dans le comté de Palm Beach.
Dans ce projet de loi, les Canadiens n’auraient pas été autorisés à travailler aux États-Unis ni à obtenir des avantages tels que la sécurité sociale ou l’assurance-maladie. Tout ce qu’ils auraient pu faire, c’est dépenser leur argent et profiter du soleil et des plages.

Ce projet de loi avait été présenté lors des sessions législatives de 2015 et de 2017 sans résultat.

Lorsque le projet de loi a de nouveau été présenté en 2017, les deux chambres, toujours contrôlées par les républicains, n’ont pu blâmer les démocrates de ne pas l’avoir adopté !
Sera-t-il révisé à nouveau par le Congrès actuel ? C’est la question que tous se posent. Seulement 6 % des projets de loi présentés sont adoptés.