Constructions plus sécuritaires en Floride


Par Le soleil de la Floride

La construction des bâtiments en Floride est la plus fiable de tous les États-Unis.

Au cours des dernières années, le code du bâtiment a été amélioré afin que les édifices en hauteur, en particulier, résistent aux pires ouragans qui frappent l’État.

 

On sait que la Floride est l’endroit le plus vulnérable aux tempêtes tropicales et aux ouragans. Selon une enquête sur ces règles de sécurité, la Floride a dépassé la Virginie comme l’État le mieux muni pour faire face à ces inconvénients de la nature. Le seul accroc à la règlementation du bâtiment, qui échappe à la Floride, est le manque de formation continue pour les responsables dans ce domaine. Le dernier test réconfortant pour les propriétaires est survenu lors du passage d’Irma le 10 septembre dernier. Des centaines de milliers de résidents ont été forcés de prendre la route pour se soustraire au danger. À leur retour rien n’avait été bouleversé par les vents très violents qui avaient frappé la Côte est. Quatre-vingt pour cent des maisons et des immeubles avaient été construits après les nouvelles règles de sécurité devenues obligatoires depuis le tragique et dévastateur ouragan Andrew, en 1992. On a constaté que les constructions faites au milieu des années 1990 avaient mieux résisté à l’ouragan Charley en 2004.

 

Si ces rigides règles de construction rassurent les habitants, il est surprenant de constater que malgré ces améliorations, les assurances des propriétés deviennent de plus en plus coûteuses. Les Floridiens paient 3 575 $ pour une protection de 200 000 $ avec une franchise de 1 000 $, ce qui est le double de la moyenne nationale pour une couverture similaire.

La Floride va maintenant se pencher sur la sécurité des maisons anciennes et des maisons préfabriquées. L’État va dorénavant insister sur la formation des responsables du bâtiment et des entrepreneurs de façon à minimiser les dommages causés par les vents violents.

 

Les constructions qui remontent avant 1990 sont les plus à risque et représentent le plus important inventaire en Floride. Les spécialistes du bâtiment se penchent sur cette situation. Aujourd’hui aucun promoteur ou constructeur ne peut se soustraire aux nouvelles règles mises en place. Les parcs de maisons mobiles restent les endroits les plus vulnérables. Dans ce cas rien ne peut être fait pour assurer une véritable sécurité.

 

On se rappelle du passage de Wilma en 2005, en plein cœur de la côte qui avait littéralement rasé le parc Aztec, situé au coin de State Road 7 et Southgate, à Margate. La dévastation n’avait épargné aucune des quelques 400 maisons mobiles, vieilles de plusieurs dizaines d’année.

 

Les propriétaires avaient décidé de dégager totalement le parc de ses débris pour le vendre à un homme d’affaires de Québec, Jean Guy Sylvain, qui en a fait le plus beau site de véhicules récréatifs sur la Côte est de la Floride.