Controverse du pesticide Naled


Par Denise Dumont

Les apiculteurs du Sud de la Floride sont démoralisés. Ils crai-gnent l’extermination pour leurs ruches d’abeilles s’il y a une autre saison de pulvérisation aérienne contre les moustiques porteurs du virus Zika.

Le pesticide employé, le controversé Naled, tue définitivement les moustiques, mais il tue également les abeilles et peut être nocif pour les humains.  Selon les apiculteurs situés dans les Florida Keys, ce produit chimique nocif tue aussi de nombreux autres insectes bénéfiques.

 

La crainte semée par le virus Zika transmis par le moustique Aedes aegypti, avait ramené jusqu’en Caroline du Sud, l’utilisation du pesticide nocif Naled, détruisant des millions d’abeilles dans une seule installation commerciale. « Chaque fois qu’il y a pulvérisation, des milliers d’abeilles sont tuées et c’est un problème majeur » raconte un chercheur de l’Université de Cornell. « Les gens ne se rendent pas compte de l’ampleur du problème, car en plus, ce pesticide est toxique pour la plupart des espèces aquatiques, les papillons et pour certains oiseaux ».  Les dommages ne s’arrêtent pas là.

 

Dangers du pesticide pour les humains

 

Depuis 1959, Naled est approuvé par l’EPA (Environmental Protection Agency) pour les programmes municipaux et autres programmes de lutte contre les moustiques. C’est un poison qui agit rapidement. En principe, de nos jours, il est plus souvent utilisé à l’intérieur comme un fumigeant à court terme pour lutter contre les ravageurs agricoles sur les plantes ornementales dans les serres.

Plusieurs études menées par diverses universités s’entendent à dire que lorsqu’utilisé en grande quantité et pour une période de temps prolongée, l’agent nocif agit sur le système nerveux de l’humain.

 

Selon un rapport de l’Université de Cornell,  une toxicité au Naled engendre des troubles de mémoire, de concentration, de désorientation, des dépressions sévères, de l’irritabilité, de la confusion, des maux de tête, des troubles de la parole, des temps de réaction retardés, des cauchemars, du somnambulisme et de la somnolence ou de l’insomnie. Un état de grippe avec maux de tête, nausées, faiblesses. Une perte d’appétit a également été rapportée.

 

Ce poison doit être un choix de dernier recours.  Mais il a été utilisé à profusion depuis les deux dernières années à cause de la crise Zika. Son utilisation préventive et répétitive avait soulevé des protestations par les résidents de Miami Beach l’an dernier, craignant pour leur santé et celle des animaux domestiques. Chez les humains, le produit est facilement absorbé dans la circulation sanguine par toutes les voies d’entrées normales: peau, poumons et intestins. Il est métabolisé au niveau du foie et excrété par l’urine.

 

Le programme de pulvérisation 2018 n’a pas encore été annoncé.