LA FLORIDE ET SES  «SANCTUAIRES» À ÉLÉPHANTS

LA FLORIDE ET SES «SANCTUAIRES» À ÉLÉPHANTS


Par Le soleil de la Floride

Dans le début des années 2000, on a assisté à une prise de conscience plus marquée des populations face à la nécessité de respecter, préserver et conserver les différentes formes de la vie animale et ce principalement dans les pays dits urbanisés et industrialisés. 

Des lois pour préserver le bien-être des animaux

Par le passé, de nombreuses « zones de vie sauvage » plus ou moins définies avaient déjà vu le jour sur plusieurs continents et dans différents pays, où la chasse, l’exploitation agricole, l’urbanisation et l’industrialisation étaient contrôlées afin de permettre à la vie sauvage de s’exprimer librement. Des parcs, des refuges, des sanctuaires et des territoires protégés étaient répertoriés, mais désormais, il est question du bien-être de la vie animal en milieu urbain est industrialisé. Tout parti-culièrement celui des animaux de compagnie, domestiques, ou encore élevés pour la consommation, mais aussi de tous ces animaux dits sauvages, gardés en captivité et uti-lisés après dressage lors de spectacles ou encore présentés dans les cages ou enclos des Zoos.

Si de nos jours il existe des orga-nismes internationaux et gouvernementaux ou privés  comme l’American  Sanctuary Association, ou l’Elephant Refuge North America pour établir des règles et les faire respecter, il n’en reste pas moins que l’opinion publique et la pression qui peuvent en découler sont un des principaux facteurs de changement et de transformation des habitudes. On a noté une évolution des menta-lités tout précisément à propos des « animaux de cirque » peut-être parce que de nombreux films et reportages les présentent dans leur milieu de vie ou encore parce qu’il est maintenant possible lors de tours organisés de les observer en pleine nature. Si bien que des lois sont rentrées en vigueur pour interdire d’utiliser ces animaux dits  sauvages lors de spectacles. Il en est ainsi des éléphants aux États-Unis d’Amérique obligeant les propriétaires de ces animaux de créer des lieux de vie spécifiques ouverts ou non au public. Les éléphants sont utilisés dans les cirques américains depuis deux cents ans. Pour la petite histoire, ce serait Hachaliah Bailey qui ayant acheté en 1808 un éléphant africain aurait été le premier à produire un numéro sur le sol américain.

 

Le “Center for Elephant Conservation” du “Ringling Bros. Barnum & Bailey Circus”

Nombreux furent les journaux qui le lundi 2 mai 2016 ont pu écrire qu’une tradition bicentenaire venait de prendre fin sous la pression grandissante des défenseurs des droits des animaux. Les éléphants de l’un des plus grands cirques américains, le Ringling Bros. and Barnum & Bailey Circus venait en effet tout juste le week-end précédent de présenter leur dernier spectacle avec des éléphants qui existaient au programme depuis 146 ans. La représentation finale ayant eu lieu à Providence dans le Rhode Island avec six éléphants sous la direction du maître de piste Johnathan L. Iverson.  Par la suite les onze éléphants femelles asiatiques du cirque ont rejoint le « Center for Elephant Conservation » (CEC) pour y  prendre une retraite bien méritée. Ce lieu de retraite pour les éléphants  appartient dans les faits à la Feld Entertainment, une société en holding qui a exploité le Ringling Bros. Barnum & Bailey Circus” entre 1960 et 2017.

Le CEC est localisé depuis 1995 dans les environs de Polk City, FL dans une ancienne ferme d’élevage de 200 acres. On y retrouve le plus grand regroupement d’éléphants d’Asie vivant en dehors du sous-continent indien, car les zoos traditionnels n’ont généralement qu’une poignée d’éléphants. Officiellement, la société mère, la Feld Entertainment, présente le centre et ses installations comme un lieu de rassemblement pour les chercheurs étudiant les comportements des éléphants et la problématique de leur conservation. Ils participent aux programmes de reproduction et d’élevage coopératif à travers le monde grâce à sa banque de spermes et ses mâles reproducteurs. Lorsque le centre a ouvert, il abritait 27 éléphants, dont quatre jeunes et six bébés.  Depuis 2010, le centre a enregistré 23 naissances et aujourd’hui on y compte plus de 70 pensionnaires. 

Cependant, bien que les installations du centre soient dans un habitat naturel très bien conservé, où les éléphants sont autorisés à se promener et à se nourrir, il est devenu public avec photos à l’appui, après la mort d’un employé du centre, que de nombreux autres éléphants de l’établissement sont confinés et enchaînés dans des étables avec un sol en ciment et la majorité des éléphants observés sont malades, avec parfois des paralysies, et présentent des réactions de stress psychologique. Il n’en fallait pas plus pour l’organisation  «People for the  Ethical Treatment of Animals » (PETA) pour dénoncer encore plus vivement qu’à l’accoutumé les façons de procéder du centre. Ce dernier se défend en expliquant ses difficultés à trouver le financement pour équiper tout le domaine de 200 acres afin de l’ouvrir à l’année longue à tous ses éléphants en même temps. Ce à quoi la PETA répond que la Feld est une entreprise de spectacles et n’a pas les compétences requises pour réussir dans le domaine de la reproduction et de la conservation des animaux. 

Pour beaucoup d’observateurs, il se pourrait bien que progressivement la Feld disperse tranquillement son troupeau de pachydermes et cède au plus, offrant le centre qui à date n’est ouvert aux visiteurs  que sur demande.

Pour plus d’informations allez sur le site w.ringlingelephantcenter.com  qui vous redirigera sur celui de la Feld entertainment production www.feldentertainment.com

 

Le “Two trails ranch” de Williston, FL

Ce ranch fondé en 1984 par des particuliers est le seul établissement privé en son genre où l’on peut observer des éléphants en semi-liberté. La région de Williston où ils vivent offre un climat presque identique à leur pays natal d’Afrique ou d’Asie. Il y a de grands espaces d’herbe verte, des chênes verts ainsi qu’une flore et une faune naturelle diversifiée. C’est un environnement très paisible  que les animaux tout comme les visiteurs peuvent apprécier à l’année. Depuis son ouverture, plus de 250 éléphants sont venus ici soit pour un séjour temporaire, d’autres pour la retraite, ou encore pour des besoins médicaux, des problèmes de comportement ou même lors de situations d’urgence après que par exemple un ouragan ait détruit leurs lieux d’habitation. Finalement c’est en 2008 que les propriétaires décident de créer  une structure juridique sous le nom de All About Elephants, Inc pour offrir des programmes afin d’en apprendre davantage sur les éléphants destinés aux secteurs privés et les professionnels.

Parallèlement à ces activités éducatives, Two Tails Ranch (All About Elephants), propose des vi-sites guidées durant lesquelles il est possible d’approcher les éléphants, les nourrir ou encore monter sur le dos, mais aussi découvrir bien d’autres espèces vivant ici : les Grant Zebras Pierre et Tache, les African Spurthighed Tortoises Bert et Earnie, les Red Foot Tortoises Daisy et Rosy, l’Ostrich Katherine, l’Emu Peepers, Cockatoo Bob, Camel Louis et Amazon Parrot Murphy.

Et en fin de visite un arrêt à notre musée pour compléter ses connaissances et à la boutique de cadeaux permet de repartir avec des souvenirs plein la tête.

Les visiteurs doivent savoir que les visites guidées sont offertes tous les jours sauf les jeudis; sur rendez-vous uniquement. Les visites peuvent être réservées pour les particuliers, les familles ou pour les grands groupes. (Écoles, camps, scouts, garderies, églises) 

Il est également possible de louer le Ranch ou les éléphants pour des événements et occasions spéciales ou des fêtes. Le ranch peut amener ses éléphants à des événements hors site.

Entrée 10,00 $ par enfant 20,00 $ par adulte.

Two Tails Ranch 18655 NE 81 St WILLISTON, FL. (près de Gainesville)  www.allaboutelephants.com (352) 359-6676

 

L’avenir des « sanctuaires » et « refuges » pour éléphants en Floride 

La Floride, comme bien d’autres états des États-Unis et dans le monde, se trouve confrontée depuis peu de temps au fait que les cirques n’ont plus la possibilité d’offrir des spectacles avec des animaux sauvages en captivité  ayant été dressés à ces fins. Ils ne peuvent cependant que très difficilement s’en départir et encore moins les euthanasier, mais ces animaux restent sous leur responsabilité.

La solution est donc de les regrouper dans des lieux où ils pourront finir leur vie en toute sécurité. On utilise souvent le terme de sanctuaires pour ces lieux, mais il vaudrait mieux utiliser un autre terme car un sanctuaire définit une zone où la vie des animaux n’ayant jamais été dressés et domestiqués se fait sans interruption dans leur milieu naturel et sauvage, ce qui n’est pas le cas ici. Seule reste l’idée de « refuges » qui peuvent prendre des formes différentes comme le Two Trail Ranch  ou le Center for Elephant Conservation du  Ringling Brothers et Barnum et Bailey Circus en sachant très bien que ce sont des établissements extrêmement difficiles à gérer, car très onéreux et où la vie des éléphants peut être menacée par des maladie comme ce fut le cas au « National Elephant Center » qui a fonctionné à Fellsmere Fl de 2013 à 2016 et qui a été forcé de fermer ses portes après de nombreuses morts d’éléphants extrêmement troublantes.

 

SOURCES

Il est également possible de consulter les sites ci-dessous qui ont permis de documenter cet article. www.ringlingelephantcenter.com – www.allaboutelephants.com – www.visitflorida.com – www.wikipedia.org et tous les sites indiqués dans l’article.