L’avenir du Canada décidé le 19 octobre 2015 après 11 semaines de campagne


Par Le soleil de la Floride

Le 19 octobre 2015, les Canadiens décideront qui occupera les 338 sièges à la Chambre des communes, un gain de 30 en raison de l’augmentation de la population canadienne. On sait que 170 sièges seront nécessaires pour l’obtention d’une majorité claire. Aucun des trois principaux partis n’est censé gagner autant de sièges. À onze semaines des élections, cette campagne sera la plus longue dans l’histoire moderne du Canada. Le prochain Premier ministre sera chef d’un parti qu’on anticipe être un gouvernement minoritaire.

 

Ces élections canadiennes, qui auront lieu le 19 octobre prochain, auront nécessité une période de 73 jours de campagne entre les différentes partis, y compris les trois partis en lice; Le Parti libéral (Lib), le Parti progressiste-conservateur (PPC) et le Parti démocrate (NPD). Un récent sondage révèle des gains par le Parti libéral dirigé par Justin Trudeau, tandis qu’en Ontario, le Parti conservateur a subi des pertes aux mains du Parti libéral, le mettant en contention avec le NPD, à la tête d’un gouvernement minoritaire puisqu’on ne prévoit qu’aucun des trois partis en lice, soit capable d’obtenir la majorité des sièges à la Chambre des communes.

Lors des dernières élections, le Parti libéral a gagné seulement 36 sièges et certains ont prédit qu’il allait disparaître. C’est pourtant lui qui a unifié le Canada, en particulier dans les années 1950.

Les sondages canadiens indiquent que le Parti libéral est actuellement loin d’être en dernière place et de nombreux électeurs sont maintenant indécis entre le Parti libéral et le NPD dans plusieurs sections du Canada, dont le Québec.

Un mouvement anti-establishment existe au Canada tout comme aux États-Unis. Il se reflète ici par les sondages montrant Donald Trump en tête sur les 16 ou 17 candidats républicains, présentement en course à l’élection présidentielle de 2016. Le sentiment actuel est que les hommes politiques au pouvoir ne sont pas intéressés à aider la classe moyenne et sont trop influencés par les lobbyistes et les dons monétaires offerts aux partis politiques, par des groupes ayant des intérêts spéciaux.

Des emplois bien rémunérés sont expédiés à l’étranger car les sociétés américaines ouvrent des usines de fabrication au Mexique, en Chine et dans d’autres pays au lieu des États-Unis. La grande différence c’est qu’ici, nous devrons attendre encore plus d’un an avant de connaitre qui sera élu président des États-Unis en 2016.

Si les Canadiens sont fatigués d’entendre les politiciens se débattre dans une campagne électorale de 73 jours, que penseraient-ils de la campagne américaine qui dure plus de deux ans!