Everglades : sauver l’eau potable


Par Le soleil de la Floride

L’eau potable tirée des Everglades se retrouve au centre d’un débat épique entre deux groupes de scientifiques désignés pour assurer la pérennité de cette source.

Les scientifiques des académies nationales des sciences, de l’ingénierie et de la médecine relèvent du Congrès alors que les responsables de L’État sont évidemment sous la direction du gouvernement de Tallahasse.

Le gouvernement de Washington a jusqu’ici consacré 16 milliards de dollars pour dépolluer l’eau des Everglades et restaurer les débits qui mènent à la célèbre rivière de l’herbe. Les scientifiques désignés par Washington ont fait savoir que les changements climatiques nécessiteraient de nouvelles solutions dans ce plan de restauration des Everglades. Mais les responsables de l’état de la Floride ne sont pas du même avis, estimant qu’il faudrait plus d’études sur ce projet qui serait d’autant retardé.

Les autorités de la gestion de l’eau de la Floride ont exclu les scientifiques fédéraux des réunions prévues sur ce projet de restauration. En plus elles menacent de retirer le financement de 300 000 dollars pour des travaux et de consacrer la tâche uniquement aux scientifiques de l’État.

 

Peter Antonacci, directeur exécutif du district de gestion de l’eau du Sud de la Floride, qualifie l’intervention des spécialistes du Congrès d’ingérence. Il propose même la dissolution du groupe de Washington. D’autre part, Cara Capp, de l’Association nationale pour la conservation des parcs, soutient que la science indépendante doit être la force motrice de la politique des Everglades.

 

L’objectif de la restauration est de conserver ce qui reste des marais, tout en stimulant l’approvisionnement en eau potable dans le Sud de l’État. Pour les scientifiques nationaux, cela implique la construction de réservoirs et de zones de traitement de la pollution pour obtenir une eau plus propre, qui circule vers les Everglades de façon à éviter aussi les inondations.

 

Le risque d’inondation des Everglades pourrait entraîner davantage de pollution vers le réservoir que constitue le lac Okeechobee. Ces spécialistes soutiennent que les changements climatiques rendent la restauration plus difficile parce qu’ils pourraient provoquer le gonflement de la mer dont l’eau salée viendrait se déverser dans les bassins d’eau potable, ce qui serait tragique. Pour remédier à cette menace les scientifiques proposent d’ajouter des réservoirs et de nouvelles réserves d’eau.

 

Le comité des scientifiques de Washington espère que le district de la Floride va réajuster son tir pour retenir leurs recommandations qui, comme il le signale, sont totalement indépendantes.