Il Ne Faut Surtout Pas Plaisanter

Il Ne Faut Surtout Pas Plaisanter


Par Le soleil de la Floride

On ne joue pas avec les services de sécurité des aéroports. Les blagues farfelues, pour ne pas dire stupides, ne passent pas la rampe dans aucune aérogare de la planète.

 

Celui ou celle qui s’y risque en paye la note.

Un médecin vénézuélien l’a appris à ses dépens ici même à l’aéroport de Miami il y a quelques mois. Il est certain qu’il ne récidivera pas de sitôt.

Il va devoir payer quelque 90 000 dollars de dédommagements pour avoir plaisanté, juste avant de prendre son vol, sur de prétendus explosifs qu’il transportait.

Cette connerie a provoqué l’évacuation de deux terminaux de l’aéroport.

Manuel Alvarado, 60 ans, va effectivement devoir débourser exactement 89 172 dollars pour son manque de jugement momentané.

Son attitude, pour le moins insensée, a chambardé les horaires de plusieurs compagnies aériennes, leurs employés et leur clientèle, tout en forçant la police de Miami à déployer une unité anti explosifs.

Avant de monter dans cet avion à destination de Bogota le 22 octobre dernier, Manuel Alvarado avait répondu à un membre du personnel de la compagnie colombienne Avianca, qui le soumettait à un petit interrogatoire de routine, qu’il transportait des explosifs C-4.

Malgré le fait que ce chirurgien, qui pratique son métier au Venezuela, ait affirmé par la suite avoir simplement voulu plaisanter, les autorités l’ont arrêté et ont déclenché les procédures d’urgence à l’aéroport international de Miami (MIA) en Floride.

Son avocat a révélé que son client avait commis ce qui s’est avéré être la pire erreur de sa vie. Inutile de dire que tout le monde l’ont cru!

Le procureur a renoncé à l’accuser de fausse menace d’attentat à la bombe et de conduite criminelle. En contrepartie, la note était salée puisque le docteur Alvarado a dû s’engager à payer l’indemnisation de presque 90 000 dollars.