Info Express FÉVRIER 2018


Par Denise Dumont

Prix à la Pompe

Le 22 janvier, l’American Automobile Association (AAA) indique un prix à la hausse avec une moyenne nationale de 2,538 $ (US) pour un gallon de régulier. En Floride, la moyenne de l’État est aussi à la hausse à 2,543 $.

Au Costco à Davie, notre baromètre favori, l’affiche indique 2,43 $ (US) pour un gallon de régulier, soit neuf cents de plus que la semaine dernière.

 

Carnival Cruise Line

Le mois dernier, un couple en voyage de noce à bord du bateau Carnival Triumph a peu apprécié sa croisière. La douche de leur cabine régurgitait régulièrement des eaux noires nauséabondes. À la suite des plaintes, le paquebot a échoué à l’inspection sanitaire.

Les bateaux Carnival Breeze et Carnival Vista ont aussi reçu, un mois auparavant, de piètres notes suivant les inspections sanitaires visant à contrôler la propagation des maladies gastro-intestinales.

Trois inspections échouées sur trois navires différents en l’espace de deux mois est assez rare pour une grande ligne de croisière. Rappelons que la maison mère de Carnival Cruise Lines aux États-Unis est située à Doral dans le comté de Miami Dade.

 

 

Sam’s Club ferme ses portes à Lantana

Cette semaine, 191 travailleurs deviendront des ex-employés du Sam’s Club à Lantana. Soixante-trois de ces magasins à grande surface, possédés par Wal-Mart, devraient fermer cette année.

Wal-Mart a toutefois annoncé il y a deux semaines qu’il augmentait le salaire minimum de ses employés à 11 $ l’heure en raison des coupures des taux imposables pour les corporations votées par le gouvernement Trump.

Il ne restera que 597 Sam’s Club au pays une fois les fermetures conclues. Le rival Costco opère quant à lui, 741 locations au pays. En 2015, Costco était le deuxième plus important détaillant au monde après Walmart et, à compter de 2016, Costco était le plus grand détaillant de choix au monde.

 

 

Satellite espion disparu

Un satellite d’espionnage fabriqué par Northrop Grumman et lancé par SpaceX semble avoir disparu après avoir été lancé de Cap Canaveral plus tôt la semaine dernière. Plusieurs agences de presse comme Reuters et le Wall Street Journal, rapportent que la mission ZUMA, qui coûte plusieurs milliards de dollars, n’a pas atteint l’orbite et est possiblement une perte totale.

Peu après son lancement des rumeurs ont commencé à circuler sur le sort du satellite. Les journalistes d’Aerospace Eric Berger chez Ars Technica et Peter B. de Selding SpaceNews.com, ont commencé à rapporter que tous ces milliards de dollars envoyés dans les airs sembleraient être perdus.

Il n’y a toujours aucune confirmation officielle du gouvernement américain ou du manufacturier disant que la mission a été un succès ou un échec.

Cette expérience de sécurité nationale est payée par les contribuables américains. Avec un prix comme celui-là, pas surprenant que le public veut savoir ce qui s’est passé, a déclaré Phil Larson, professeur à l’Université de Boulder au Colorado. Il est aussi un ancien employé de SpaceX.

 

 

Bataille des boutons nucléaires

Une bataille Twitter sur la taille de chaque «bouton nucléaire» détenu par le président Trump et Kim Jong Un, président de la Corée du Nord, a fait monter en flèche la vente d’un médicament qui protège contre l’empoisonnement par radiations nucléaires.

Troy Jones, qui dirige le site web www.nukepills.com, a déclaré que la demande de la pilule d’iodure de potassium a « explosé » la semaine dernière, après que Trump avait tweeté que son bouton nucléaire est beaucoup plus gros et plus puissant que celui de Kim.

En 48 heures, les réserves de comprimés anti-radiation du mois se sont vendues car aucune prescription n’est requise.

Au cours de cette période de deux jours, 140 000 doses d’iodure de potassium, également connu sous le nom de KI, ont été expédiées. Le comprimé empêche la thyroïde d’absorber l’iode radioactif et protège contre le risque de cancer.

 

American Express affiche une perte nette pour la première fois en 25 ans

La nouvelle loi fiscale coûte 2,6 milliards de dollars à la compagnie.

Dans son dernier rapport trimestriel dévoilé jeudi dernier, la firme a déclaré que la compagnie enregistrait un déficit de 1,1 milliard de dollars et qu’elle croit avoir à faire face à une pénalité de 2,6 milliards de dollars en raison de la nouvelle loi qui oblige à payer les taxes de rapatriement et des impôts sur les profits gagnés à l’étranger.

Les entreprises avaient l’habitude de garder ces revenus enregistrés à l’étranger et évitaient de payer les taxes américaines, mais le code fiscal soutenu par les républicains a éliminé cette possibilité. La plupart des grandes sociétés américaines s’attendent à recevoir une grosse facture d’impôt pour ramener cet argent au pays.

D’un autre côté, le nouveau code fiscal réduit le taux d’imposition des sociétés de 35 % à 21 %, ce qui permettra à American Express de renflouer ses goussets assez rapidement.

L’an dernier, au dernier trimestre, American Express avait récolté plus de liquidité que Wall Street le prévoyait. Néanmoins, le stock de la société a perdu plus de 2 % après le dévoilement du rapport trimestriel jeudi dernier.