La Floride veut les médicaments du Canada

La Floride veut les médicaments du Canada


Par Le soleil de la Floride

La Floride pourrait éventuellement importer ses médicaments du Canada.

Le gouverneur de l’État, Ron DeSantis, veut mettre en place un programme en ce sens dans le but de réduire les coûts de l’assurance-santé en Floride.

On sait que le prix des médicaments est très élevé ici comparativement au Canada. Les Floridiens dépensent plus de 30 milliards de dollars annuellement pour les médicaments sur ordonnance. Si cette loi était adoptée, cela permettrait aux Floridiens d’économiser jusqu’à 80 % sur ce qu’ils paient actuellement.

Selon les données nationales, les Américains paient plus de 333 milliards de dollars par année pour ces médicaments prescrits, soit environ 10 739 $ par personne. Le prix des médicaments aux États-Unis est de 30 à 190 % supérieur à celui des autres pays développés.

Le projet de loi actuellement soumis au Sénat de l’État créerait un fournisseur chargé d’administrer le programme d’importation en Floride en identifiant les fournisseurs canadiens admissibles.

La Floride n’est pas le seul état à vouloir obtenir des médicaments moins chers. Une douzaine d’états envisagent également suivre la trace du gouverneur DeSantis. Le Vermont a déjà adopté cette mesure l’an dernier en approuvant l’importation de médicaments d’ordonnance du Canada.
Le gouverneur a discuté de son projet avec le président Donald Trump qui s’est montré en accord avec le projet du gouverneur. Si l’administration DeSantis travaille à maintenir les impôts en baisse pour les entreprises, elle veut autant permettre à la population de pouvoir obtenir des médicaments à des prix raisonnables. Un programme en relation avec le Canada ne peut être créé que si le secrétaire du département américain de la Santé et des Services sociaux certifie au Congrès que les importations ne menacent pas la santé et la sécurité du public américain. « Ce projet traîne depuis 16 ans et rien n’a jamais été fait concrètement », insiste le gouverneur qui a bien l’intention de faire enfin bouger les choses.

Fred Lippman, chancelier de la division des professions de la santé de la Nova Southeastern University, pharmacien et propriétaire de pharmacies, estime que cette proposition du gouverneur est un concept très intéressant, ce qui permettrait de réduire de façon importante le coût des médicaments essentiels. « Trop de gens ne réalisent pas que les mêmes médicaments coûtent beaucoup plus chers aux États-Unis que dans d’autres pays, dont le Canada », insiste Lippman. « Nous subventionnons le coût des médicaments approuvés par notre système de santé pour plusieurs pays du monde entier à des prix beaucoup plus bas que ceux que nous payons ici dans nos propres pharmacies », précise-t-il.

Lippman, ex-membre démocrate de la Chambre des représentants de Floride de 1978 à 1998, estime que cette idée sera bien accueillie politiquement par les législateurs, ce qui ne sera sûrement pas le cas chez les représentants de l’industrie du médicament. Comme le gouverneur a bien l’intention de faire aboutir le plus tôt possible son projet d’importer des médicaments du Canada, il faut s’attendre à une montée aux barricades des lobbyistes pour contrer cette règlementation.

Dave Lacknauth, superviseur des services de pharmacie de « Broward Health », soutient qu’il est essentiel de s’attaquer aux coûts exorbitants des médicaments en Floride et au pays. « Le plus gros obstacle sera l’opposition acharnée des fabricants de médicaments car leurs profits vont en souffrir. Ils vont faire une véritable guerre en ayant recours à tous les moyens à leur disposition », soutient Dave Lacknauth.