Le NORAD a 60 ans : Une Vision Canadienne


Par Le soleil de la Floride

Par Susan Harper, Consule générale du Canada à Miami

Nous avons célébré, le 12 mai dernier, les 60 ans de la Défense Aérospatiale de l’Amérique du Nord (NORAD), le commandement binational le plus efficace et le plus stratégique que le monde n’ait jamais connu.

Ce partenariat entre le Canada et les États-Unis a résisté pendant six décennies. Il nous a guidé en toute sécurité durant la guerre froide, l’ère spatiale et maintenant, dans l’ère numérique.

Le NORAD a été fondé à la suite de la seconde guerre mondiale, alors que les exercices de bombardement nucléaire étaient courants et que les États-Unis en étaient aux premiers stades de la consolidation de leur position de puissance économique et militaire la plus puissante au monde. Sentant un besoin clair et actuel de protéger la patrie contre les menaces aéroportées, les chefs militaires des États-Unis et du Canada ont conçu un système, mutuellement exploité, pour protéger l’espace aérien des deux nations.

Ce système a été officialisé le 12 mai 1958 dans une annonce qui établissait une protection coopérative de défense aérienne de l’Amérique du Nord.

 

Le fait que le NORAD ne fasse pas souvent les manchettes est un témoignage de la façon dont les femmes et les hommes en uniforme jouent leur rôle. Avec professionnalisme et dévouement, les membres des services américains et canadiens mettent quotidiennement leurs uniformes et patrouillent le ciel, prêts à tout moment à agir si une menace se pointait.

En Floride, les Forces canadiennes et américaines du NORAD servent ensemble à la base Tyndall AFB, près de Panama City.  En fait, c’est le NORAD qui était responsable de l’immobilisation au sol de tous les avions dans l’espace aérien américain le jour tragique du 11 septembre 2001. D’ailleurs, c’était le commandant adjoint, un général canadien, qui avait mené cette mission.

 

Mais le NORAD est plus qu’une simple agence de protection de l’Amérique du Nord. C’est la pierre angulaire qui illustre le lien historique profond que partagent nos deux nations. « Alliés » n’est pas un mot assez fort pour décrire cette relation. Le Canada et les États-Unis ont résisté à tous les conflits majeurs depuis la seconde guerre mondiale. Le Canada est membre de la coalition « Fighting Isis » au Moyen-Orient. Il est également le plus important acheteur d’exportations américaines, et vice-versa, et nos bases industrielles de défense et d’aérospatiale sont profondément intégrées, y compris en vertu de la loi américaine.

Cette Alliance est particulièrement forte en Floride. En plus de la base du NORAD à Tyndall, la Floride abrite deux des huit commandes unifiées de combattants des États-Unis. Plus de 70 forces armées canadiennes sont stationnées en Floride à un moment donné de l’année, ce qui représente 10% de l’ensemble du personnel militaire canadien aux États-Unis.

Notre relation est un modèle pour le monde — deux nations qui travaillent en tandem, chacune ayant autant d’intérêt dans la sécurité et la prospérité de l’autre que dans la leur. La poursuite de ce partenariat sera cruciale si nous voulons nous lever et relever les défis de demain avec la même détermination et le même courage qui ont permis à nos grands-parents de combattre le spectre du fascisme et du communisme.

Bien que le jeu de la politique puisse parfois apparaître conflictuel, le Canada demeure solidement engagé avec les États-Unis. Des questions telles que la renégociation de l’ALÉNA, les droits de douane sur l’acier et l’aluminium vont et viennent, mais la pierre angulaire sur laquelle nous comptons ne cédera pas contre ces vents.

La devise du NORAD est « Nous montons la garde ».

Joyeux 60e anniversaire à ceux qui montent la garde… avec tous mes remerciements.