Les iguanes un terrible fléau


Par Le soleil de la Floride

On ne rit plus.
La prolifération des iguanes prend des proportions inégalée, du jamais vu dans l’État du Sud.


Au point où on ne parvient plus à les éliminer, ce qui fait progresser ce cheptel à une vitesse inquiétante.
Il y a deux mois, Le Soleil de la Floride publiait une histoire sur l’invasion massive des iguanes dans l’État et sur la façon de les éliminer.

Mais depuis ce temps, la reproduction de cette espèce a pris une ampleur alarmante.
La multiplication de la progéniture accélérée prend des proportions incontrôlables telles un véritable tsunami. Les scientifiques affirment que le phénomène atteint une étape jamais vue jusqu’ici.
Ces petits monstres se pavanent partout, grimpant dans les arbres, sur les murs, envahissant les parcs et les terrains privés.
On les dénombre par dizaines de milliers dans toutes les villes de la Floride. Il est devenu impossible de chiffrer les têtes de ce monstre.
Thomas Portuallo, propriétaire de la firme Iguana Control à Fort Lauderdale, soutient que la situation actuelle est devenue hors proportion, au point où la guerre pour les éliminer semble être un échec.
La ponte peut donner naissance à plus de 76 rejetons, particulièrement en période de chaleur, ce qui explique la véritable invasion des derniers mois. La chaleur qui sévit en Floride est favorable à la ponte et la reproduction se fait au rythme des lapins. Les dommages causés par les iguanes sont gigantesques comme si c’était le retour d’une population préhistorique.
Ces monstres s’attaquent à tout sur leur passage et particulièrement aux fils conducteurs et cela provoque d’innombrables pannes d’électricité, de téléphone, d’internet et de télévision. Huit pourcent des pannes d’électricité sont causées par des bestioles et les oiseaux, soit 9 200 par année. Les iguanes sont la deuxième cause des pannes après les écureuils. De nombreuses entreprises voient à tout moment leurs systèmes de communications interrompus par les dommages de ces destructeurs.
Sans compter les dégâts des paysages, des toitures, des patios en plus des ravages des digues, des murs de soutiens et des bassins des résidus de toutes sortes.

Aux abois
Les comtés de Broward, Miami-Dade et Palm Beach subissent une véritable invasion. Les citoyens sont aux abois et pressent les autorités à déclencher un système de résolution au plus tôt avant que cette espèce ne soit plus exterminable.
La situation est vraiment inquiétante pour la population. Grace Devita d’Hollywood raconte qu’elle a eu la peur de sa vie lorsqu’elle a trouvé un iguane dans sa toilette avec un piston. Les animaux domestiques deviennent extrêmement nerveux devant cette bestiole et vont se terrer dans des lieux sécuritaires. On ne peut donc pas compter sur les chiens pour leur faire la chasse.
Thomas Portuallo possède quatre entrepôts dans le Sud de la Floride. Il est spécialiste de l’extermination de ce reptile. Il confirme que la situation a atteint un niveau tel qu’il ne parvient plus à suffire à la tâche d’éliminer cette armée d’iguanes qui s’attaque aux digues, aux murs de toutes sortes et qui se nourrissent des fleurs des parterres.
Les iguanes peuvent atteindre jusqu’à cinq pieds de long et sont rapides à se déplacer, autant sur terre que sous l’eau. L’extermination est règlementée. On doit procéder de façon humaine pour éliminer cet animal affreux. Des pistolets pneumatiques sont utilisés pour atteindre le cerveau ou les décapiter de façon à ne pas les faire souffrir.
Mais si la reproduction exponentielle se poursuit, les autorités devront élargir les règlements pour contrer cette prolifération.
Les touristes qui s’amènent en Floride pour la période hivernale pourraient bien se trouver au milieu de jardins envahis par cette espèce dégoutante.
Bien que les Snowbirds favorisent la Floride en raison de sa chaleur, la meilleure chose qui pourrait se produire au cours de l’hiver c’est qu’une période de froid s’installe quelques jours, ce qui paralyse les iguanes qui tombent comme des feuilles au grand vent.
Parce qu’ils vivent dans les arbres lorsque le mercure descend à moins cinq ou six degrés Celsius, les iguanes se figent et chutent sur le sol, immobiles.
Il faudrait alors profiter de ces moments pour les éliminer parce qu’une fois la chaleur revenue, cette armée reprend vie comme si de rien n’était.