Larry Lavoie, Un beau roman

Larry Lavoie, Un beau roman


Par Le soleil de la Floride

Quelle belle histoire que celle de Larry Lavoie!

Ce montréalais est gérant du Big Daddy’s Liquors & Spirits à Surfside, entre Bal Harbor et Miami. Il y travaille depuis 43 ans. Il en a 72 maintenant.

 

 

Un jour, il est venu à Miami en vacance avec un ami. Il s’est trouvé un emploi au Domino Liquors. Comblé par ce qu’il vivait ici, il a rapidement décidé d’abandonner son école de danse pour venir vivre une expérience en Floride. Il n’est plus jamais retourné demeurer au Québec.

Il avait alors 25 ans et tenait son école depuis quatre ans.

« Une école de danse, ça ne permettait pas une vie normale. Ça demandait énormément de temps. Je ne me voyais pas faire ma vie là-dedans », de dire Larry.

Trois ans plus tard, Joseph James Flanigan, fondateur des restaurants du même nom et des Big Daddy’s Liquors, a acheté le Domino Liquors et a demandé à monsieur Lavoie de demeurer à son poste, au grand désespoir de sa mère, inquiète de voir son fils s’installer si loin du foyer familial.

À partir de là, le parcours de Larry Lavoie est comme un beau roman.

Quelques années plus tard, il a rencontré Caroline qui rapidement est devenue son épouse avec qui il partage toujours sa vie.

Caroline était serveuse dans un bar où le soir, après son travail Larry allait prendre un café avec des amis tout en portant un œil inquisiteur sur cette femme magnifique.

Après quelques vaines tentatives, Caroline accepta une première invitation du prétendant.

« Après une semaine de fréquentation j’ai osé dire à ma nouvelle compagne qu’un jour je la marierais. Elle se demandait si je n’étais pas un peu fou », raconte-t-il.

Il avait bien raison puisqu’après quatre mois de fréquentation, cette mère de deux enfants convolait avec Larry Lavoie.

Aujourd’hui, le couple doit parcourir les États-Unis pour visiter la famille qui compte quatre enfants, 14 petits enfants et 10 arrière-petits enfants.

« Nous réussissons à les voir tous au moins une fois par année », dit-il.

Frank Sinatra

Larry Lavoie est verbomoteur et excellent raconteur. Sa mémoire ne lui fait pas défaut.

Il nous parle de sa rencontre avec Frank Sinatra.

« Je n’étais jamais sorti de Montréal. Je ne connaissais pas Frank Sinatra. Ce n’était pas dans mes gammes. Puis un copain à moi m’a invité un soir au Fontainbleau. Il voulait me présenter un ami du nom de Frank Sinatra de qui je ne savais rien du tout. Je dois dire que cette rencontre a été vraiment particulière. Monsieur Sinatra appréciait le fait que je vienne de Montréal, où il était déjà passé. Nous avons jasé jusqu’aux petites heures du matin. Lorsque nous nous sommes quittés il m’a demandé comment il pourrait me rejoindre s’il revenait à Montréal ».

À ses trois premières années chez Domino Liquors, Larry retournais chaque été chez ses parents pour quelques mois.

« À mon retour en Floride, ma mère m’a donné un coup de téléphone pour me dire qu’un monsieur Sinatra voulait me parler. Malheureusement je n’étais plus au Québec. Mais nous nous sommes revus ici en Floride à quelques occasions et chaque fois c’était chaleureux. J’ai eu le plaisir, grâce à lui, de faire également la connaissance du célèbre Tony Bennett et du charmant Dean Martin ».

Monsieur Lavoie avait déjà eu le plaisir de côtoyer quelques vedettes, dont Geneviève Bujold, lors du tournage d’un film à Montréal. Les producteurs avaient loué son studio de danse. En plus de donner quelques leçons à l’actrice française, il avait été figurant dans ce film.

Aujourd’hui, d’autres célébrités viennent faire leur tour à son lieu de travail, dont Matt Damon.

À 72 ans, après 43 ans de travail dans le même domaine, Larry Lavoie, ne se sent aucunement prêt pour la retraite.

« J’aime ce que je fais, j’ai toujours besoin du contact avec le public. Dans mon boulot il n’y a pas de temps mort. L’ennuie de fait pas partie de ce milieu », dit-il avant de nous quitter.


 

Mise à jour

Larry Lavoie, Ce Sympathique Et Fidèle Gérant Du Big Daddy’S Liquors & Spirits À Surfside, Entre Bal Harbor Et Miami, N’A Fracassé Aucune Bouteille Dans Son Magasin Parce Que Nous Avions Changé Son Nom Dans Notre Édition De La Semaine Dernière.

S’il avait fallu que tous ses nombreux amis aient tout à coup découvert un trait de caractère qu’ils ne lui connaissaient pas!

Dans notre page mensuelle sur la Personnalité du mois, nous lui rendions hommage. Comme l’erreur est humaine, à ce que l’on dit, nous avons escamoté son nom en l’appelant “Gerry”.

Heureusement, cela ne portait pas un préjudice à notre invité pour la bonne raison que tous ceux qui le connaissent ne pouvait pas confondre en voyant la photo de cet homme unique.

Sa merveilleuse histoire n’a sûrement pas été altérée non plus par cet accroc dont nous nous excusons.

À 72 ans et avec 43 années de service chez Big Daddy’s, Larry n’a aucunement l’intention de rentrer à la maison. Nous lui souhaitons donc un merveilleux prolongement de carrière.

Salut Larry.