L’Hermione surnommée « La frégate de la liberté » par les Américains partie 1 de 2

L’Hermione surnommée « La frégate de la liberté » par les Américains partie 1 de 2


Par Le soleil de la Floride

C’est un navire de guerre de 26 canons de 12 livres (poids des boulets), conçu pour naviguer au large, quelles que soient les conditions météorologiques. Ses armes et ses équipements lui permettent d’agir seul ou au sein d’une force naval. À l’époque, L’Hermione fait la fierté de la marine royale française pour ses performances reconnues même par les Anglais!

Un illustre passager : Ce qui la rend aujourd’hui encore plus emblématique, c’est que Lafayette, surnommé par les Américains le « Héro des deux mondes- sous-entendu France-E.U », l’a également utilisée pour sa traversée de l’Atlantique lors de son retour sur le continent américain et sa deuxième campagne militaire avec les insurgés d’avril 1780 à décembre 1781.

Lafayette a embarqué sur L’Hermione le 20 mars 1780 au Port des barques près de Rochefort en France. L’Hermione, commandée par le capitaine de Latouche-Tréville, est une frégate récente et moderne et elle accoste le 27 avril 1780 dans le petit port de Marblehead à 16 miles de Boston, MA.

Au service des Insurgés : Dès son arrivée à Boston, la frégate, tout en restant sous commandement français, se met au service des insurgés et va participer activement à la révolution américaine d’avril 1780 à février 1782.

Sa présence dans les eaux nord-américaines est la confirmation de l’arrivée prochaine d’un corps expéditionnaire français important et les Anglais, qui depuis 1778 ont déclaré la guerre a la France, prennent la menace au sérieux.

PHOTO © YVES BEAUCHAMP
PHOTO © YVES BEAUCHAMP

LE GÉNÉRAL LAFAYETTE LORS DE LA RÉVOLUTION AMÉRICAINE : UN ENGAGEMENT SANS CALCULS

Il s’engage comme volontaire sans solde aux côtés des « Insurgés » des 13 colonies anglaises d’Amérique ayant déclaré leur indépendance unilatéralement le 4 juillet 1776.

Première campagne de juin 1777 à janvier 1779

Il part contre la volonté du roi de France Louis XVI et fait la traversée de l’Atlantique à bord de La Victoire, un navire marchand dont il a cofinancé l’achat. Nommé Brigadier Général dans « l’armée continentale » regroupant les milices des 13 colonies en insurrection commandée par Washington, il participe à plusieurs batailles et fut même blessé à la jambe lors de celle de Brandywine. Sa valeur militaire est très vite reconnue comme étant réelle et efficace.

Retour en France de février 1779 à mars 1780

Avec diplomatie et efficacité, il arrive à influencer le roi Louis XVI pour que la France s’engage totalement auprès des insurgés américains alors sous les ordres de Washington. Le résultat sera le déploiement de « L’expédition particulière » commandée par le Comte Rochambeau.

Deuxième campagne d’avril 1780 à décembre 1781

Lafayette, quelques jours après son arrivée à Boston à bord de la frégate L’Hermione, reprend le commandement de son régiment (environ 1 000 hommes) et mène rapidement en Virginie, des actions militaires contre les troupes britanniques (environ 6 000 hommes) du général anglais Cornwallis. Ce dernier doit se rendre depuis la Géorgie jusqu’à la ville de New York, tenue par les Anglais en prévision de l’arrivée du corps expéditionnaire français de Rochambeau. Mais, face aux harcèlements de Lafayette qui l’empêchent d’avancer, Cornwallis décide de faire appel à la marine anglaise pour rejoindre NY par mer et s’installe sur les rives de la rivière York donnant sur la baie de Chesapeake, en attendant l’arrivée des bateaux anglais à Yorktown, VA. Là encore, l’installation de Cornwallis à Yorktown est rendue difficile par les actions de Lafayette qui comprend ses intentions et l’encercle en attendant l’arrivée des troupes de Washington et Rochambeau.

PHOTO © BERNARD GUET
PHOTO © BERNARD GUET

SIÈGE ET BATAILLE DE YORKTOWN / DU 29 SEPTEMBRE AU 19 OCTOBRE 1781

Quelques dates importantes sont à retenir

  • 5 septembre 1781, le Comte de Grasse, commandant la flotte française, oblige la marine anglaise à fuir lors de la bataille de Chesapeake Bay et bloque l’entrée de la baie assurant ainsi le blocus du port de Yorktown, ce qui empêche tout ravitaillement ou sortie des troupes de Cornwallis par la mer.
  • 14 septembre 1781, Washington et Rochambeau arrivant du nord, font la jonction avec les armées de Lafayette et de Saint Simon à Williamsburg.
  • 19 septembre 1781, l’ensemble des forces combinées qui compte approximativement 19 350 hommes fait marche pour investir Yorktown puis encercler l’armée britannique de Cornwallis dans son campement.
  • 14 octobre 1781, prises des « redoutes » anglaises 9 et 10. Le combat dure moins de 30 minutes.
    • *400 Français des Régiments Gâtinais et Deux-Ponts prennent d’assaut la redoute 9.
    • *400 « Américains » sous les ordres de Lafayette prennent d’assaut la redoute 10.

Cette perte est catastrophique pour les Britanniques qui, le 16 octobre, tentent plusieurs opérations terrestres qui toutes échouent. Tard dans la nuit, une tentative d’évacuation vers Gloucester Point dans de petits bateaux incapables d’affronter les vagues, échoue également.

  • 19 octobre 1781, Reddition du Marquis Charles Cornwallis commandant des troupes anglaises à Yorktown.

Forces en présence lors du siège et de la bataille de Yorktown, VA (du 29 septembre au 19 octobre 1781)

Yves Beauchamp, Bernard Guet, Diane Cloutier, Michèle Vlahos, Gérard Charpentier et Johnny Jeulin
Yves Beauchamp, Bernard Guet, Diane Cloutier, Michèle Vlahos, Gérard Charpentier et Johnny Jeulin

France Insurgés américains Grande Bretagne

Les Français sous le commandement du comte de Rochambeau comptent environ

10 800 hommes qui se répartissent en 3 :

  • 6 000 hommes pour le contingent de l’expédition particulière, de Rochambeau
  • 3 200 hommes pour le régiment de Saint-Simon venant des Antilles et sous les ordres de Saint-Simon,
  • 1 600 hommes, des marins débarqués des navires sous les ordres de l’Amiral de Grasse.

Les Américains sous les ordres de George Washington sont au nombre approximatif de 8 550 hommes.

  • Environ 6000 hommes pour l’armée continentale et les milices,
  • 2 000 hommes pour les 2 régiments (Virginie et Hazen) sous les ordres de Lafayette.

Les Britanniques sous le commandement sont environ 8 000 hommes. Soit environ le 1/3 des troupes britanniques basées dans les 13 colonies. Ils sont retranchés dans leur camps au sud de la ville de Yorktown qui a été reconquise par les alliés ainsi que sur Gloucester Point de l’autre côté de la York River.

En septembre 1783, le traité de Versailles consacre l’indépendance des États-Unis d’Amérique.

 

À la rencontre de L’Hermione du 5 juin au 23 juillet 2015
Partie le 18 avril dernier de Rochefort, France, L’Hermione a fait une escale fin avril aux iles des Canaries avant de s’engager pour la traversée de l’Atlantique et arriver, le 3 juin, sur les côtes de la Virginie tout précisément à Norfolk. Ensuite, le 5 juin, à Yorktown, lieu de la fameuse bataille considérée comme la bataille mettant fin à la révolution américaine.
Escales de L’Hermione
Si les vents et les dieux de la mer sont bons avec l’équipage de L’Hermione, voici les prochaines dates qui sont normalement prévues pour les escales :
Aux États-Unis
Philadelpie: 24-25-26-27-28 juin
New-York: 2-3-4 juillet
Greenport: 6-7 juillet
Boston: 9-10-11 juillet
Castine: 14 juillet
Au Canada et France
-Lunenburg, Nouvelle Écosse: 18 juillet
-Saint-Pierre et Miquelon: 22 juillet.
Puis retour en France métropolitaine