Le massacre du « Matanza Inlet »


Par Le soleil de la Floride

Aujourd’hui, on peut se rendre dans un petit village qui porte le nom de Matanza (massacre en français) à environ 25 k au sud de Saint-Augustine. C’est devenu aux cours des siècles derniers, un lieu de mémoire majeur de la guerre que se sont livré ici les Espagnols et les Français au milieu du 16e siècle.

1562-1565 – Tentative de colonisation française dans le nord-est de la Floride

Entre 1562 et 1565 la France, 40 ans avant Samuel de Champlain en Acadie, a tenté d’implanter une colonie huguenote dans la région de l’actuelle Jacksonville, FL.

  • Le capitaine Jean Ribault et René Goulaine de Laudonnière mènent en 1562-1563, une première expédition qui ne connue pas le succès escompté. Puis, Laudonnière réussi à organiser dès 1564, une nouvelle expédition bien que Ribault soit retenu prisonnier en Angleterre.
  • Il part du Havre en France le 22 avril 1564 avec 300 hommes et femmes à bord de trois roberges (Élisabeth, Breton, Faucon) et arrive le 22 juin dans l’embouchure de la rivière de Mai (Saint John River aujourd’hui). Le fort La Caroline est érigé très rapidement avec l’aide les indiens du roi Satouriana avec qui il a conclu un pacte d’alliance.
  • Le 14 aout 1565, Ribault, parti de Dieppe le 22 mai, arrive avec des provisions et des renforts militaires. L’expédition compte 6 navires et plus de 600 hommes, femmes, soldats, marins, artisans, paysans. L’avenir de la colonie semble pouvoir se consolider.

Réaction espagnole

Mais les très catholiques Espagnols voient d’un mauvaise œil cette colonie de protestants s’installer dans une région qu’ils revendiquent. Le 28 août 1565, le jour de la Saint Augustin, Pedro Menéndez de Avilés arrive d’Espagne avec une flottille de 20 vaisseaux, une armée de 2 000 à 3 000 hommes et l’ordre de son roi de chasser tous les intrus huguenots de la Floride. Il établit son campement dans un ancien village timucuan qu’il nomme Saint Augustine. Les choses vont aller très vite.

  • Le 4 septembre, Menendez attaque le fort avec six de ses navires. La riposte des français est telle qu’il doit se replier.
  • Le 6 septembre : Ribault se lance à sa poursuite avec 4 navires, mais une tempête tropicale éclate. Ribault est pris dans l’ouragan, Menendez réussi à se réfugier à Saint Augustine. Il en profite pour rassembler une troupe de 500 hommes et marcher sur fort La Caroline qu’il atteindra quatre jours plus tard.
  • Le 10 septembre : La tempête faisant rage sur l’océan, les navires de Ribault sont drossés sur la côte et détruits. Beaucoup de marins français se noient. Les survivants, dont le capitaine Jean Ribault, sont totalement désarmés et blessés, à la merci de Menéndez…
  • Le 12 septembre : fort La Caroline, avec une défense diminuée après le départ de Ribault, tombe après une heure de combat. Environ 130 hommes, femmes et enfants sont massacrés. Les Espagnols occupent le fort et le nomment San Mateo. Menendez propose à Ribault de se rendre.
  • Le 24 septembre : Ribault et 350 de ses hommes, totalement désarmés, acceptent mais sont littéralement assassinés sur le champ, car considérés comme étant hérétiques. Massacre connu sous le nom du « Matanza Inlet ».

Les survivants français après l’attaque espagnole

Ils sont peu nombreux, mais l’affrontement entre les Espagnols et les Français a eu lieu dans deux endroits différents. Ils ne sont pas nombreux, ils n’ont pas eu tous le même destin.

Les survivants à la tuerie du fort La Caroline

–Les Espagnols vont épargner quelques femmes et enfants de moins de 14 ans. En principe, ceux et celles qui se déclarent catholiques seront envoyés dans les galères.

–Un peu plus de 50 personnes, dont René Goulaine de Laudonnière, le peintre Jacques Le Moyne de Morgues et le charpentier Nicolas Le Chailleux échappent au massacre en se cachant dans les roseaux. Ils réussiront à regagner la France. Laudonnière s’installera à La Rochelle comme négociant où il finira sa vie.

Les mémoires le Laudonnière intitulées « L’histoire notable de la Floride » seront publiées en 1586, 12 ans après sa mort. Ses deux compagnons d’évasion raconteront également dans des écrits leurs aventures. Ils auront un grand retentissement et leurs auteurs connaitront un certain succès.

Les survivants au massacre du « Matanza Inlet »

Les 2 frères d’Erlach (Ernst et Alphonse) et quelques marins qui avaient préféré ne pas se rendre à Menéndez sont secourus par les indiens Timucuan de Toronita dans la région actuelle d’Ormond Beach. Les Espagnols vont les pourchasser et attaquent le village. Blessé, Ernst réussi à s’enfuir. Il est retrouvé mourant par la princesse Issena, nièce du chef Ostinol. Les indiens de la tribu le soignent et le sauvent. Pour la petite histoire, Ernst et Issena seront mariés par le révérend André de la Roche avant de partir pour la France. C’est le premier mariage chrétien en Amérique.

Expédition de Dominique de Gourgues pour venger Matanzas

Dominique de Gourgues, né en 1530 à Mont-de-Marsan dans une famille noble de Gascogne, organise à ses frais une expédition de 3 navires et 150 hommes.

Le 2 aout 1567, il quitte Bordeaux avec comme cap officiel, l’Afrique et Cap Vert. Mais une fois au large, il prend la direction de la Floride. Arrivé sur place, il passe un accord avec le chef indien Saturiwa grâce à Pierre de Brie, rescapé de la tuerie de La Caroline de 1565, qui l’accompagne. Ils attaquent ensemble San Mateo (ancien fort La Caroline) le détruise ainsi que les deux Redoutes. Tous les hommes de la garnison, entre 300 et 400, sont exécutés avec l’inscription « non comme des Espagnols, mais comme des marauds, voleurs et des meurtriers » en réponse à Menéndez qui n’avait pas exécuté des Français mais des hérétiques.

Dominique de Gourgues et ses hommes quittent la Floride le 3 mai 1568 et arrivent en France le 12 juin. Les villes de Bordeaux et La Rochelle les fêtent en héro!

Sources : Vous pouvez également consulter sur internet les sites suivants qui ont permis de documenter le sujet traité dans cet article:
www.wikipedia.org – www.huguenot.netnation.com – www.nps.gov