Les Québécois et les Canadiens en Floride


Par Le soleil de la Floride

C’est bien connu, le South Florida, qui compte sept millions de résidents sur les 20 millions de la Floride, présente la particularité d’être très multiculturel. Ainsi, plus de 50% de sa population est d’origine hispanique, mais elle accueille également environ 50 000 Brésiliens et de nombreux francophones ; Haïtiens, Canadiens, Européens et autres origines, constituant une véritable communauté franco-floridienne d’environ 450 000 personnes. Ce qui en fait une mosaïque culturelle unique aux Etats-Unis.

La communauté Canadienne en Floride

Il faut tout d’abord bien préciser que les systèmes dévaluation américains et canadiens, étant ce qu’ils sont, il n’est pas très facile d’avoir à ce sujet des chiffres et des statistiques précis.

D’après les chiffres avancés par VisitFlorida pour l’année 2015, la Floride a reçu environ 106,6 millions de visiteurs dont 3,8 millions de Canadiens. C’est le plus important groupe de visiteurs étrangers devançant le groupe des Britanniques qui lui est évalué à 1,7 million de visiteurs annuels. On peut également dire que les Canadiens vont se répartir naturellement de par leurs appartenances culturelles dans des régions géographiques différentes.

Les francophones de l’Est du Canada (principalement ceux du Québec) vont spontanément se rendre sur la côte Est de la Floride (Hollywood, Fort Lauderdale, Pompano Beach, West Palm Beach…) alors que les anglophones et les francophones de l’Ontario et des Prairies, iront plutôt du côté Ouest de la Floride (Tampa Bay, Saint Petersburg, Clearwater…) ou encore pour ceux de l’Ouest en Californie ou Hawaï.

La possibilité de « définir » la communauté canadienne, passagère ou permanente, est encore plus complexe, car il n’y a pour les « visiteurs » aucun enregistrement auprès des autorités canadiennes via le Consulat du Canada, et il est quasiment impossible d’avoir une idée précise de ce groupe. On peut seulement avancer l’idée qu’il y a deux tendances. Tout d’abord, il y a les fameux « Snowbirds », qui viennent en Floride pour trois à six mois, un phénomène ancien de mobilité humaine qui n’est pas propre aux Canadiens, et qui concerne aussi les États-Uniens du Nord. Beaucoup d’entre eux ont une résidence secondaire et ne sont pour ainsi dire, pas répertoriés. Puis plus récemment avec les moyens de transport moderne et les forfaits touristiques tout inclus, il y a un grand nombre de Canadiens venant aux Etats-Unis pour une courte durée de 7 à 10 jours. VisitFlorida estime qu’un visiteur sur deux vient en Floride par un moyen de transport aérien !

Quant aux Canadiens résidents permanents, sans parler des illégaux qui vivent ici à l’année longue, on constate qu’il y a chez les Canadiens anglophones, une très grande assimilation. Ils aspirent à se fondre dans la masse américaine alors que chez les Canadiens francophones, il y aurait une tendance à constituer une communauté distincte.

La communauté québécoise dans le South-Florida

On peut dire qu’à l’époque du «New-Deal», le développement de l’industrie touristique de masse et la multiplication des centres et stations balnéaires dans le Sud de la Floride a provoqué un afflux de population important. C’est véritablement entre 1930 et 1960 que plus de 65 000 familles, d’origine canadienne française et franco américaine, s’y sont installées. Depuis toujours et encore en 2017, toutes ces familles qui demeurent à l’année sont là pour offrir des services aux touristes qui viennent de plus en plus nombreux du Canada et tout particulièrement du Québec.

Au tout début, elles s’installèrent principalement dans les villes de North Miami Beach, Sunny Isles et Surfside formant un « P’tit Québec » qui de nos jours a disparu. À partir de 1970, l’implantation de ces familles s’est progressivement déplacée vers le Nord. La ville d’Hollywood, qui possède une des plus belles plages de la Floride, ainsi que la ville toute proche d’Hallandale, sont devenues le centre géographique des Québécois. Puis plus récemment, l’hyperurbanisation de la grande région de Miami et du sud de la Floride, mais aussi la violence et la criminalité en progression autour de la ville de Miami a poussé une troisième vague d’investisseurs et d’acheteurs de condominiums à délaisser le nord du comté de Dade pour s’installer dans le comté de Broward, dans des villes un peu plus au nord d’Hollywood, c’est-à-dire Fort Lauderdale et Pompano Beach. Aujourd’hui, on peut assurément noter une relève de la garde des fameux « Snowbirds » qui venaient pour 6 mois, car ils sont de plus en plus rares. Le temps de présence s’est raccourci à deux ou trois mois dans la période de Noël, les Québécois sont devenus plus mobiles et préfèrent venir plusieurs fois dans l’année (souvent deux fois parfois trois fois pour ceux qui ont un logement). Dans la période dite de la haute saison de novembre à mars, certains estiment que cette communauté québécoise et francophone est en permanence de plus ou moins 1 millions de personnes.

Aujourd’hui, on estime à environ 150 000 parfois moins le nombre de Québécois et Canadiens français qui résident à l’année longue dans le sud-est de la Floride et on ne peut d’ailleurs être que positivement surpris par l’ampleur de cette communauté qui fait preuve d’une réelle vitalité sur le plan économique et touristique qui s’ouvre au monde américain et latino sans pour autant perdre leur identité.

Pour conclure, il est d’ailleurs conseillé au lecteur de se procurer un exemplaire gratuit d’«Accès Floride», un guide touristique publié tous les ans par le Soleil de la Floride qui existe maintenant depuis près de 35 ans ans.

Sources : vous pouvez également consulter les sites suivants qui ont permis de documenter cet article : www.visitflorida.comwww.wikipedia.orgwww.can-am.gc.ca