Info Express:

  • La bataille des devises

  • Présentation des maillots de bain 2018!

  • La crise des opioïdes empire!

Dale Tallon, redevenu directeur gérant des Panthers de la Floride, a promis que le 1er juillet, son équipe ne ressemblerait aucunement à celle qui vient de perdre des morceaux, lors du repêchage de l’expansion avec Las Vegas.

Il a besoin de se retrouver dans des grâces divines s’il veut ramener cette équipe sur les rails après de fiasco de l’an dernier, signé Tom Rowe, en plus des départs de Jonathan Marchessault, un marqueur de 30 buts, et Riley Smith, réclamés par la nouvelle formation de la Ligue nationale.

La direction des Panthers fait le plein de nouveaux venus dans les officines de l’organisation avec Jake Capuano, Chris Pronger et Shawn Thornton, qui vont occuper différents postes. L’urgence n’est pourtant pas à ce niveau. Tallon devra défoncer des portes pour combler les trous apparus dans le « top 6 », c’est-à-dire sur les deux premières lignes d’attaque.

Les compteurs de 30 buts ne courent pas les rues dans la LNH. Il est vraiment difficile de comprendre la philosophie de Tallon qui n’a pas cru bon de protéger son meilleur marqueur de l’an dernier.

Il semble que la fiche de -21 de l’ailier a joué largement dans la décision du directeur-gérant de libérer Marchessault à la condition que son collègue, George McPhee, accepte de débarrasser les Panthers du lourd contrat de 4,5 millions par année de Smith, encore valide pour quatre ans.

Dans son plan visant à corriger les énormes bévues de Tom Rowe, qui l’a malheureusement remplacé l’an dernier, on sent que Tallon va emprunter une autre avenue pour sauter certaines étapes. Les 4,5 millions de dollars récupérés du salaire de Smith, les petits 800 000 dollars laissés par Marchessault et Thornton, l’embauche possible à rabais de Jaromir Jagr, permet aux Panthers d’engranger 20 millions de dollars à la veille du marché des agents libres, le 1er juillet, juste après l’impression du journal.

C’est à ce moment que l’on verra si Tallon est prêt à donner un grand coup pour amener un joueur dominant, qui aura un véritable impact sur sa formation. Les Panthers ont besoin d’un autre solide défenseur et deux ailiers, un droitier et un gaucher, pour pallier tout au moins au départ des deux expatriés à Las Vegas.

Des candidats

Quelques joueurs, libres comme l’air après vendredi prochain, pourraient sûrement combler des postes importants mais ils coûteront cher. Dans ce monde des enchères c’est le prix à payer.

À la ligne bleue, Kevin Shattenkirk serait une acquisition précieuse, mais il coûtera environ 5,5 millions de dollars. Karl Alzner, également de Washington, serait une excellente prise à environ quatre millions.

À l’attaque T.J. Oshie serait le joueur idéal pour prendre la place de Jonathan Marchessault. Il a marqué 33 buts l’an dernier, et a été un pilier des Capitals. Il devrait signer un nouveau contrat à environ six millions de dollars.

Son coéquipier, Justin Williams, n’est pas mauvais non plus avec 24 buts, l’an passé à 3,25 millions de dollars.

Mais tout comme dans les cas de Joe Thornton et Patrick Marleau, à San Jose, il a fort à parier que les Capitals vont mettre le paquet pour renouveler une entente avec Oshie.

Tout indique qu’Alexander Radulov sera disponible. Mais en raison de sa grande voracité pour les billets verts, il est certain que Dale Tallon l’a déjà décompté. Quelques autres joueurs de qualité restent disponibles mais ce ne sont pas des patineurs qui auraient un impact majeur sur l’équipe comme un Oshie par exemple.

Tallon va sûrement donner la chance à de jeunes espoirs de son organisation dont Jayce Hawryluk et au défenseur Yan McCoshen. Il n’est pas impossible qu’il tente de conclure une ou deux transactions pour obtenir des patineurs déjà établis dans la Ligue nationale.

S’il n’a pas protégé l’arrière Jason Demers, il est évident qu’il le proposera à une autre formation. Mais son contrat, valide pour quatre autres années à 4,5 millions, est un boulet dans ce genre de marché. À moins qu’il accepte de payer une partie du salaire de Demers ou que le joueur obtenu jouisse d’un contrat équivalent.

Nous sommes à l’heure des hypothèses et peut-être des possibilités. Tout cela n’est que de la spéculation. Mais si Tallon ne sort pas quelques lapins de son chapeau, il ne faudra pas parier sa chemise sur les succès de son équipe, pour cette saison du moins.