Info Express novembre 2018

Info Express novembre 2018


Par Denise Dumont

Prix à la pompe

La moyenne nationale est en baisse. Elle se situe à 2,852 $ pour un gallon de régulier. En Floride, la moyenne est à 2,754 $ alors qu’au Costco à Davie, près de Fort Lauderdale, on peut faire le plein à 2,66 $.

Dans un développement surprenant, les inventaires nationaux de brut ont augmenté de 6,5 millions de barils la semaine dernière selon l’Energy Information Administration (EIA). Ils se chiffrent maintenant à 416,4 millions de barils, marquant la quatrième semaine de croissance consécutive et le plus haut niveau depuis la fin juin 2018. Cette augmentation, plus forte que prévue, a secoué le marché qui avait vu les prix augmenter régulièrement en raison des inquiétudes concernant les relations américano-saoudiennes et des sanctions imminentes imposées par les États-Unis sur les exportations de pétrole brut iranien.

 

Sears rend l’âme…

La société Sears Holdings a lancé la serviette le lundi 15 octobre dernier. N’ayant pu acquitter le paiement 134 millions de dollars sur sa dette de 5,5 milliards, l’iconique détaillant a déposé sa demande au chapitre 11 de la loi permettant de déclarer faillite.

Il y a 125 ans, Sears avait bâti sa réputation en lançant un catalogue de vente par correspondance. La société avait su s’infiltrer dans les foyers ruraux et citadins partout en Amérique.  Son catalogue de Noël, au meilleur de son existence, comprenait 500 pages.

Sears a vendu presque tout ce que le consommateur nord-américain pouvait souhaiter se procurer; des vêtements aux jouets en passant par les réfrigérateurs, les pneus, les outils, les tondeuses à gazon etc.  Dans les années 50, la compagnie vendait par catalogue, des kits pour construire des maisons.

La société Sears Holdings, qui possède également le détaillant Kmart, fermera 142 magasins d’ici la fin de l’année dans le cadre de la faillite. En août dernier, Sears Holdings comptait 506 succursales Sears et 360 Kmart.

 

Homer chassé du stade

L’équipe de baseball, les Marlins de Miami, a obtenu l’autorisation du comté mardi dernier de transférer Homer à l’extérieur du stade. Homer est cette fameuse sculpture de sept étages située face au frappeur.  Derek Jeter, nouveau co-propriétaire de l’équipe, a travaillé fort pour obtenir ce coup de grâce dans le but de supprimer toute image de l’ancien propriétaire, Jeffrey Loria.

Le sculpteur s’est opposé au déplacement de cette œuvre d’art publique affirmant qu’il l’avait conçue spécifiquement pour l’emplacement intérieur, pour la modique somme de 2,5 millions de dollars.  À chaque fois que les Marlins frappent un circuit, Homer s’anime et envoie des jets d’eau qui font tourner les poissons pendant 29 secondes, le temps que le coureur arrive au marbre.

L’accord avec le comté de Miami-Dade donne aux Marlins un peu plus d’un an pour installer la sculpture dans son nouvel emplacement, au coin sud-est du complexe du stade, près de la 14e avenue du Nord-Ouest. L’équipe devra débourser 2 000 $ par jour si la sculpture n’a pas été mise en place d’ici le 1er janvier 2020.

 

 

Courses de chiens en péril

Près de 90 groupes d’adoption de lévriers aux États-Unis et au Canada – y compris en Floride – s’opposent officiellement à un projet d’amendement constitutionnel visant à mettre fin aux courses de chiens à des fins commerciales dans l’État.

Cette coalition de groupes d’adoption des lévriers Greyhound retraités, soutient la continuité des courses de lévriers professionnelles. Ces gens consacrent une grande partie de leur vie à la réadaptation et au bien-être des lévriers. Après avoir vécu avec les Greyhounds de compétition, après les avoir suivis dans leur vie professionnelle à la ferme, dans les installations d’entraînement et dans des chenils de compétition, les membres de la coalition en sont tous arrivés à la même conclusion : que la course de Greyhound n’est pas « cruelle et inhumaine » et qu’elle devrait être poursuivie dans le meilleur intérêt à long terme de la race.

Par conséquent, la mission de la coalition est de soutenir les courses de lévriers en informant le public à partir de leur point de vue qui est totalement impartial. Il est intéressant de découvrir l’autre côté de la médaille de la propagande diffusée par les défenseurs des droits des animaux anti-courses.

Bien que cette coalition s’oppose à l’interdiction des courses, elle est également en faveur d’une réforme dans l’intérêt de ce sport.