Perles d’hypnose


Par Catherine Edelson

On a vu que toute hypnose est autohypnose quand nous entrons et sortons d’une transe : les automatismes, c’est-à-dire faire les choses sans penser automatiquement, entrer dans des transes induites au cours de la vision d’un film comme lorsque l’on est absorbé par le film, lors d’une rencontre, moment où l’on oublie tout parce qu’on est fasciné par une autre personne, par la lecture d’un livre, par un concert, le regard d’un bébé, la présence d’un chat, l’odeur d’une fleur… ces moments qui sont en fait privilégiés puisqu’ils nous font oublier un temps le contrôle, la prise de décision, l’action de réfléchir, d’agir.

Quand Descartes dit: « Je pense donc je suis », on veut lui répondre: « Je pense donc je pense ». Il faut exister pour penser certes, mais on peut être sans penser, en tout cas pendant quelques instants. Être c’est aussi respirer, sentir, toucher, être ailleurs, être à la fois ici et ailleurs, être sans penser, juste être comme le Bouddha énigmatique. Le fait d’être est en soi tout un programme et peut incorporer le fait de penser ou pas. Dans ce « no woman’s land » se trouve l’état hypnotique, un peu méditatif, un peu contemplatif, un peu ailleurs et en suspens, comme une plume ou une feuille qui se pose puis s’élance au gré du vent. Comme une perle d’eau qui peut s’évaporer sous la chaleur ou se congeler sous le grand froid. La respiration devient lente, profonde. L’oeil est fermé ou ouvert. Le regard tourne vers une vision ou sensation intérieure. Les sens sont à la fois passifs et actifs en fonction de l’activité qui se joue en interne et externe. L’art et la science de l’hypnotiste est d’intervenir au bon moment, comme la musique d’un film qui synchronise l’action à l’image, sublime les acteurs, fait monter en puissance ou diminuer notre réaction en rapport à ce théâtre de l’esprit. L’art de l’hypnotiste, c’est aussi d’établir un rapport avec son client suffisant pour connaître sa profession, son mode de fonctionnement, ses préférences.

 

Et c’est à Milton Erickson que l’on pense, auteur de « Ma voix ira avec vous », « My voice will go with you », psychiatre américain des années 20, affublé de nombreux handicaps de l’enfance et qui avait rendu l’hypnose partie intégrante de sa vie privée et professionnelle. Considéré comme excentrique et farfelu, ce grand homme a secoué les dogmes établis en psychologie et en psychiatrie. C’est avec lui que l’art de la métaphore pour induire une hypnose prend forme. Si vous pouvez soulever le manche, vous pouvez faire beaucoup avec le pot.

 

Catherine Edelson MA, CH

Infocus Hypnosis and Coaching 2550 N. Federal Hwy, Suite 12 Fort Lauderdale 33305

954-745 0735

Self Discovery and Recovery with EFT and Hypnosis

Coach de Stratégie Personnelle Praticien de l’Hypnose Moderne et du Feedback Énergétique

 

Posez-lui des questions,

c’est gratuit !