Rencontre avec Manon Robert


Par Denise Dumont

Manon Robert est une pianiste de jazz extraordinaire et depuis 40 ans, sa musique résonne délicieusement aux oreilles des millions de gens qui l’ont applaudie durant sa carrière.

Récemment intronisée au « Wall of Fame » d’un club de musiciens élites, dans une discipline n’appartenant presqu’exclusivement à la gente masculine, Manon Robert, humble et pleine de vie, raconte au Soleil de la Floride sa bonne fortune et la reconnaissance de vivre sa vie en Floride.

En novembre dernier, l’établissement « The Funky Biscuit », détenu et opéré par des musiciens de la société Funk, Blues, Fusion Jazz et Rock n Roll, ont invité Manon une fois de plus pour « jammer » avec les élites de cette société. Ils l’ont hono-rée ce soir-là et sa photo, intronisée au « Wall of Fame », témoigne de son immense talent et de sa passion. Étrangement, la reconnaissance arrivait à point pour aussi souligner ses 40 ans de carrière. « J’étais profondément touchée et très émotive durant tout le mois de novembre! » raconte Manon lors de notre entretien. « Après tout, je n’étais qu’une artiste invitée, je n’appartiens pas officiellement à ce groupe de musiciens! Puis c’est plutôt rare dans cette discipline qu’une femme ait une place » raconte-t-elle.

Originaire de Montréal, la pianiste a premièrement gradué à l’École de musique Vincent-d’Indy puis à l’Université McGill, avec option jazz. Elle a débuté sa carrière en tant qu’accompagnatrice pour divers artistes. Munie de cordes vocales enviables, la musicienne n’a pas lésiné et elle a vite séduit en se faisant connaitre dans le genre de musique qu’elle adore. En 2000, Manon Robert change de tempo et devient une favorite des riches croisiéristes. « La vie sur ces bateaux est tout de même spéciale. Je me suis fait tellement d’amis auprès des vacanciers et des membres de l’équipage. Mais ce rythme de vie n’est tout de même pas « la vraie vie » pour la majorité des gens. Et en 2007, je suis revenue à terre en Floride » raconte Manon. « Mais être en mer me manque encore… »

Reconnaissante de pouvoir poursuivre sa carrière de « one woman band », elle encourage les jeunes musiciens et musiciennes à poursuivre leurs rêves. « Écrivez vos propres chansons! » C’est une des choses qu’elle n’a pas pris le temps de faire. Il lui reste à découvrir l’Australie et qui sait, l’opportunité se présentera peut-être.

Manon performe principalement pour des communautés privées telles le Century Village, Kings Point etc. Nous espérons tous que son horaire lui permettra de venir faire un tour à CanadaFest 2019.