Vegas, c’est sérieux !


Par Le soleil de la Floride

Les abonnés aux premiers rangs et à la Coupe Stanley se font tasser très sérieusement. C’est le cas pour les Penguins de Pittsburgh et les Black Hawks de Chicago. C’est moins vrai pour les Kings de Los Angeles. Ces trois équipes ont dominé au cours des neuf dernières années, remportant huit Coupes Stanley : les Penguins et les Hawks trois fois chacune et les Kings deux fois. Seuls les Bruins de Boston ont fait une entorse à ce monopole en 2011.

Si les Kings se montrent le bout du nez, après avoir raté les éliminatoires le printemps dernier, ce n’est pas le cas des Penguins et des Hawks qui trainent de la patte au 18ème et 21ème rang du circuit et en 10ème et 11ème place de leur Association. Les Kings, privés des services de l’un de leurs piliers, Jeff Carter, qui a raté 33 matchs jusqu’ici, se maintiennent parmi les premiers avec un troisième rang dans l’Association de l’Ouest et une cinquième place au classement général. Les importants retards de Pittsburgh et Chicago n’étaient pas prévus, mais ils ne constituent pas la plus grande surprise dans la Ligue nationale, jusqu’ici. C’est plutôt le parcours sans trop d’obstacles des Golden Knights de Las Vegas qui confond tous les analystes et journalistes du monde du hockey. La tenue des Devils du New Jersey n’est pas rien non plus, eux qui trainaient dans les bas-fonds depuis une éternité et qui soudainement se retrouvent deuxième de l’Association de l’Est et quatrième du circuit.

Ce qui rend la situation des Knights davantage surréaliste, c’est qu’au fond, cette équipe sort de nulle part, étant composée, à quelques exceptions près, d’un groupe de joueurs inconnus par les amateurs et rejetés par leur ancienne organisation. Lorsque qu’au mois d’octobre, cette nouvelle formation a entrepris sa première saison sous les chapeaux de roues, avec sept victoires en neuf matchs, tous les observateurs qualifiaient ce passage de mirage. Avant l’affrontement avec les Leafs, le dimanche 31 décembre 2017, cette troupe de rescapés avait remporté 10 de ses 11 dernières rencontres et n’avait perdu que neuf fois en 36 départs. Il s’agit de la deuxième meilleure fiche à ce chapitre après Tampa avec sept échecs seulement. Et jeudi dernier, ces Knights sont allés vaincre, en prolongation, leurs principaux poursuivants les Kings à Los Angeles.

 

L’aide des Panthers

Il n’y a pas de Crosby, Ovechkin, Malkin, Kucherov, Stamkos, Tavares chez les Knights. La grande majorité de ces joueurs étaient des inconnus avant leurs présents succès. Les plus connus sont des francophones : Marc-André Fleury, considéré comme la pierre angulaire des siens, même s’il a raté 27 matchs en raison d’une commotion cérébrale, David Perron, troisième pointeur et Jonathan Marchessault, qui domine la colonne des marqueurs de son équipe avec 13 buts et 21 passes.

Les Panthers de la Floride ont largement contribué au succès des Knights. Après avoir été cavalièrement chassé de Sunrise par l’organisation, Gerard Gallant est vite devenu le candidat idéal pour diriger cette nouvelle formation. Gallant, qui sera probablement proclamé l’entraineur de l’année si ses ouailles maintiennent la cadence, a désigné deux de ses anciens Panthers, Jonathan Marchessault et Reilly Smith pour former son premier trio en compagnie de William Karlsson, qui n’avait marqué que six but en 81 matchs avec Columbus l’an dernier et neuf l’année précédente. Marchessault, Smith et Karlsson forment l’une des meilleures lignes d’attaque de la Ligue nationale. Karlsson a enfilé 17 buts déjà, en plus de 12 aides, et Smith montre une fiche de neuf buts et 19 passes. Plus la saison avance, moins les supporteurs des Panthers ne comprennent la décision du propriétaire Vincent Viola d’avoir congédié l’entraineur Gerard Gallant, pas plus que celle du directeur gérant, Dale Tallon, d’avoir laissé partir Marchessault et Smith, qui formeraient un solide deuxième trio avec Vincent Trocheck.

S’il n’y a pas de grandes vedettes chez les Knights, cette équipe compte sur des joueurs qui ont maintenant l’occasion de performer et sur des vétérans de qualité dont James Neal qui a déjà 17 buts, David Perron, Marc-André Fleury, Pierre-Édouard Bellemare, mais aussi sur quelques jeunes comme Alex Tuch et Shea Theodore. Plusieurs ont entre 24 et 27 ans.

Georges McPhee a profité largement du fait que Las Vegas était la seule ville admise pour une adhésion à la LNH. Il a beaucoup transigé pour garnir sa banque de choix de repêchage.

Les Golden Knights de Las Vegas seront la seule équipe d’une expansion à ne pas avoir passé par les bas-fonds avant d’atteindre les sommets.

 

Publié dans: