Des Panthers sans boussole


Par Le soleil de la Floride

Qu’est ce qui ne va pas chez les Panthers de la Floride?

Cette équipe, qui devait être parmi les meneurs du moins dans l’Association de l’Est, cafouille dans plusieurs phases.

Le plus évident reste le piètre travail de leurs deux gardiens substituts James Reimer et    Micheal Hutchinson, incapables d’offrir des performances dignes de la Ligue nationale. Tout comme l’an dernier, l’absence de Roberto Luongo coûte extrêmement cher à cette équipe qui n’a qu’une victoire à son dossier en six départs.

Les Panthers ont touché le fond samedi en ajoutant une défaite à leur triste dossier s’inclinant devant les misérables Wings de Détroit qui en étaient à leur première victoire de la saison.

Jusqu’ici l’équipe de la Floride n’a qu’un gain en six départs.

Pas une seule fois leurs deux gardiens ont été capables de tirer les marrons du feu. Ils ont accordé 25 buts jusqu’ici soit plus de quatre par match. Ce n’est rien de reluisant.

Si les gardiens ne sont pas à la hauteur on doit dire que les défenseurs n’aident pas beaucoup leur cause.

Jusqu’ici cette brigade a multiplié les bourdes qui ont été néfastes. Aucun défenseur n’est dominant défensivement depuis le début du calendrier.

Tour à tour ils commettent des bévues coûteuses.

Les 25 buts accordés en six départs montrent l’un des pires dossiers du circuit.

L’entraîneur va devoir trouver une solution à cette faiblesse criante s’il veut voir son équipe sortir de ce cauchemar.

Bob Boughner n’est pas au bout de ses peines parce que si sa défensive est poreuse ses meilleurs attaquants ne performent pas à la hauteur de leur talent.

En ce moment, il n’y a pas chez les Panthers de Matthews, Pastrnak, MacKinnon, Landeskog, Kane, DeBrincat qui ont tous sept buts et plus. Seul Evgenii Dadonov a trois buts alors que les Barkov, Huberdeau, Bjugstad, Hoffman et Trocheck n’ont marqué que deux fois chacun jusqu’ici.

Inutile de dire qu’une meilleure contribution de ces joueurs aurait changé l’allure de quelques-uns de ces cinq revers par un seul but.

En un mot cette équipe est plutôt décevante compte tenu de la qualité des joueurs qu’elle regroupe.

C’est à l’entraîneur de trouver des solutions tout en évitant de prendre des décisions douteuses comme ce fut le cas lorsqu’il a eu recours au service de Frank Vatrano en tir de barrage alors qu’Hoffman et Huberdeau étaient disponibles.

Heureusement la saison est jeune et les Panthers sont l’équipe qui, avec Tampa, a joué le moins de match jusqu’ici.

Il est tôt pour peser sur le bouton de panique mais il est temps de redresser le gouvernail. Jusqu’ici la boussole est complètement folle et cette équipe n’a pas trouvé la direction qu’elle doit prendre.

Si les Panthers sont une déception on peut dire que les Sénateurs d’Ottawa, eux, surprennent agréablement avec une récolte de neuf points sur une possibilité de 14 points.

Si on parle de la nouvelle attitude dans l’environnement du Canadien, qui aussi représentent une surprise, à Ottawa on nage dans l’harmonie, ce qui n’est pas étranger aux succès des Sénateurs.

Alex DeBrincat, l’un des meilleurs tireurs du circuit avec sept buts en autant de match, est cette perle que le Canadien a perdue au repêchage dans l’échange qui a amené Andrew Shaw à Montréal.

James Reimer est ce gardien numéro deux à qui l’incompétent Tom Rowe a accordé un contrat de cinq ans à 3,4 millions de dollars. Une entente trop longue et trop onéreuse.

Un autre joueur des Panthers performe très en deçà de la valeur et de la durée de son contrat. Aaron Ekblad, qui touche 7,5 millions de dollars pour une durée de huit ans, n’a sûrement pas atteint les attentes que l’on mettait en lui à sa première saison.

Lui aussi a profité de la générosité de Tom Rowe qui heureusement n’a fait que passer dans le poste de directeur-gérant de l’équipe.