L’Expansion à la rescousse des Panthers


Par Le soleil de la Floride

Les bonzes de la Ligue nationale de hockey ont emprunté les chemins les plus sinueux pour finalement dévoiler leur véritable projet, quand à l’avenir de leur organisation.

Après avoir suffisamment embrumé le dilemme entre les transfuges ou l’expansion, ils ont mis fin à toutes les spéculations en déterminant que la venue d’autres formations était l’objectif choisi.

Déjà la multimilliardaire Québecor de Pierre Péladeau et le groupe de Bill Foley sont les deux seuls à avoir déposé, dans le délai requit, leur demande d’adhésion pour Québec et Las Vegas.

Le président Gary Bettman n’est pas du genre flagorneur. Homme intelligent, il ne déroge pas aux plans qu’il échafaude.

Le patron de la LNH a toujours eu horreur du déménagement d’une équipe. Il faut se rappeler son attitude rébarbative lorsque les propriétaires de l’équipe d’Atlanta voulaient ramasser leurs pénates pour Winnipeg.

Bettman avait presque porté ce projet sur des sables mouvants. Puis depuis combien d’année les Coyotes de Phoenix croulent sous les dettes, en raison des déficits qui s’accumulent année après année. Pourtant, le Président refuse de céder devant les pressions de ceux qui veulent voir l’équipe quitter l’Arizona.

D’autres formations végètent loin de la rentabilité. Les Hurricanes de la Caroline et les Panthers de la Floride montrent des bilans à faire peur. De toutes les rumeurs et les bobards prédisant leur départ, aucun ne vient de voies officielles. Au contraire, Gary Bettman assure que les propriétaires de ces deux équipes ne sont pas dans la dèche.

On pourrait toutefois admettre qu’il s’agit là d’une demi-vérité. Parce que si les tourniquets de ces deux amphithéâtres ne se mettent pas à tourner à plus haute vitesse, la saison prochaine, il se pourrait bien que ces hommes d’affaires tirent la chasse d’eau.

Le plan

Dale Tallon évite tous les pièges que lui tendent ses homologues. Il refuse obstinément de dérocher à son plan de faire le plein de jeunes joueurs qui représentent l’avenir.

Son équipe sera formée en majorité de jeunots en octobre, lors de l’ouverture du prochain calendrier.

On peut se demander s’ils seront suffisamment entourés de vétérans capables de sonner la charge lorsqu’il sera nécessaire, et de placer tous ces apprentis dans des positions confortables.

Tallon reste convaincu que ce sont tous ces petits nouveaux qui rendront cette équipe plus attrayante et la portera au niveau des meilleures.

Malgré tout, ces talents en devenir devront gagner dès le début du calendrier en octobre de façon à attiser l’intérêt des nombreux amateurs qui ont perdu tout espoir.

Un mauvais départ donnerait un très mauvais signal et risquerait de creuser l’abime des Panthers.

Le choix de l’expansion au détriment des transferts est une planche de salut pour l’équipe de Sunrise, qui n’a plus droit à des demi-succès.

Une participation aux séries éliminatoires de la saison 2015-2016 devient une absolue nécessité.

Et personne ne va faire croire que ce sera une marche dans un jardin de fleurs. Plusieurs autres formations ont ajouté des joueurs de talent, en vue de la bataille féroce qui s’en vient.

Un autre dérapage pourrait bien être irréparable.

Une épée de d’Damoclès est fixée juste au-dessus des Panthers.

Tous les joueurs le savent autant que leurs dirigeants.

Ce sont à eux d’obtenir grâce.