La fin


Par Le soleil de la Floride

Si les Panthers de la Floride veulent se tailler une place dans les prochaines séries éliminatoires, ils devront réussir un véritable tour de force.

Leurs rivaux, les Devils du New Jersey, qui les coiffent de trois points avec toutefois deux parties de moins à jouer, gardent la cadence en accumulant les victoires. Après avoir vaincu Pittsburgh 4-3 en prolongation vendredi, ils sont venus à bout de Tampa, le lendemain, avec un gain de 2-1. Cette équipe représente l’une des belles surprises de la présente saison. Ces Devils sont favorisés par le fait qu’ils disputeront cinq de leurs sept derniers matchs à la maison contre les Hurricanes, Penguins, Islanders, Rangers et Leafs. Ils affronteront le Canadien et les Capitals sur la glace de ces derniers. Le parcours des Panthers sera plus laborieux parce qu’à leur neuf derniers matchs, dont celui d’hier (lundi) à Brooklyn, ils en disputeront cinq à l’étranger contre Toronto, Ottawa, et à Boston deux fois. À la maison, ils recevront les Hurricanes, Predators, Boston et Buffalo. Leur fin de saison est d’autant compliquée parce qu’ils joueront deux séries éprouvantes, c’est-à-dire quatre parties en six soirs sur la route et cinq autres en sept jours à la maison. Inutile de dire qu’ils n’auront pas droit à l’erreur. Les Panthers devront entreprendre cette fin de saison comme s’ils étaient en pleine série. Les trois matchs contre les Bruins ne seront pas de la tarte, pas plus que ceux contre Toronto et Nashville, trois équipes qui occupent des sommets au classement. Si on risquait des prédictions, on accorderait au minimun quatre victoires aux Devils, ce qui leur permettrait de terminer avec 102 points. Dans le cas des Panthers, en leur consentant cinq gains ils auraient accumulé 101 points. Trois fois, entre le 31 mars et le 8 avril, ils croiseront le fer avec les coriaces Bruins, dont deux fois à Boston. Il est fort possible que le sort des Panthers se joue au cours de ces trois affrontements.