Le CH en péril

Le CH en péril


Par Le soleil de la Floride

Le Canadien est à un petit pas du précipice.

Il y a cinq semaines, tout baignait dans l’huile et ses chances de prendre part aux séries éliminatoires étaient à la hausse. Les choses se sont gâtées au cours des 11 derniers matchs où le Canadien a subi sept revers. Certaines statistiques ne mentent pas. Cette équipe n’a marqué que 12 buts lors de ses sept dernières parties alors qu’elle en a accordé 24.

L’attaque à cinq est la pire du circuit avec un piètre 11,9 %. En supériorité numérique, le Canadien a été blanchi dans 10 de ses 11 derniers départs.

De toute évidence, cette formation est à court de talent. Elle ne compte aucun joueur dominant à l’exception de Carey Price qui, plus souvent qu’autrement, sauve son équipe du désastre. Jonathan Drouin et Phillip Danault n’ont pas touché la cible une seule fois au cours des 16 dernières rencontres. Max Domi est aussi en panne tandis que la brigade défensive est nettement vulnérable, particulièrement face aux meilleurs trios adverses.

Drouin ne cesse de décevoir. Incapable de trouver le fond du filet, il est devenu un joueur marginal en défensive. Les plus méchants estiment que son acquisition contre l’arrière Milhail Sergachev est une réplique de l’échange qui avait amené Scott Gomez à Montréal contre l’excellent défenseur Ryan McDonagh.

On peut s’interroger sur les décisions qu’a prises Marc Bergevin le 25 février, dernière journée des transactions. L’acquisition des Nate Thompson, Jordan Weal et Dale Weise a-t-elle brisé la chimie qui régnait dans le vestiaire ? Jusqu’ici ces trois joueurs ont marqué un seul but en 31 parties.

Bergevin a livré un mauvais message à ses protégés lorsqu’il a refusé d’acquérir un joueur de talent pour aider son équipe à atteindre les éliminatoires. En ajoutant les Weal, Thompson et Weise, il a répété le même scénario inutile que lorsqu’il avait greffé à son alignement les Ott, Martinsen et King. Pendant que Bergevin se contentait de joueurs sans impact, les Hurricanes et les Blue Jackets ajoutaient des éléments de qualité à leur formation, ce qui leur vaut aujourd’hui de devancer le Canadien.

Les propos d’Andrew Shaw sur des coéquipiers qui fournissent des demi-mesures en disent long sur le climat qui règne au sein de cette équipe. Puis l’utilisation de Jordan Weal, un joueur de quatrième trio, pendant 19 minutes et sur l’attaque à cinq, lors du revers contre les Hawks, n’est pas sans frustrer quelques joueurs. Ce genre de décision crée des mécontentements et installe la grogne dans la chambre.

Plusieurs joueurs doivent aussi mal réagir au fait que les nouveaux venus écartent Nicolas Deslauriers de l’alignement, lui qui à chaque match joue le justicier pour protéger ses coéquipiers. La façon de diriger son équipe doit commencer à ternir la crédibilité de Claude Julien auprès de quelques joueurs.

Si les amateurs étaient comblés durant la majeure partie de la saison, ce n’est plus le cas présentement. Devant les déboires de leur équipe, ils ont recommencé à réclamer la tête de Marc Bergevin. On peut se demander si les succès de Tomas Tatar et Max Domi, au cours des premiers mois du calendrier, n’ont pas, dans une certaine mesure, faussé la donne.

Avec 10 matchs à disputer, le Canadien devra affronter sept formations qui les devancent au classement, dont les Hurricanes et les Blue Jackets à Raleigh et Columbus. Au cours des sept dernières saisons, cette équipe n’a remporté que trois séries éliminatoires. Rien n’indique qu’elle améliorera cette fiche cette année.

Situation des rescapés


Caroline
À la maison Sur la route
19-11-4 20-14-3
Pittsburgh Washington
Tampa Pittsburgh
Minnesota Toronto
Montréal Philadelphie
Washington
Philadelphie
New Jersey

Columbus
À la maison sur la route
20-16-2 20-12-2
New York Islanders Calgary
Montréal Edmonton
Boston Vancouver
Nashville
Buffalo
New York Rangers
Ottawa


Montréal
À la maison Sur la route
20-12-4 17-16-3
New York Islanders Philadelphie
Buffalo Caroline
Floride Columbus
Tampa Winnipeg
Toronto Washington