Le cirque brise le rythme

Le cirque brise le rythme


Par Le soleil de la Floride

La Ligue nationale présenté un cirque sans intérêt, le Match des Étoiles, qui est une interruption inutile d’une excellente saison de hockey. Des vedettes comme Alexander Ovechkin et Carey Price ont refusé de s’y présenter !
Plutôt que de s’attarder à regarder cet événement sans plus aucune saveur, l’heure est davantage au bilan à la veille des dernières batailles pour obtenir une place en série éliminatoire.

Cette pause brise le rythme de luttes serrées entre plusieurs formations qui bataillent pour les meilleures places au classement d’ici le 6 avril.

De ce côté-ci, dans la Conférence de l’Est, les amateurs surveillent davantage les poussées des équipes dominantes et les misères d’autres formations qui traversent des champs de barbelés.
Pendant que les Islanders avancent comme un rouleau compresseur, au même rythme que le Lightning, deux autres équipes supposément dominantes culbutent bêtement.

Les champions de la Coupe Stanley ont encaissé un septième revers d’affilé, avant la pause du Cirque, face aux Leafs qui, eux, remportaient leur troisième gain seulement à leurs dix derniers départs.

Les Islanders devancent de façon surprenante les Capitals. Est-ce que le passage de l’excellent entraîneur Barry Trotz, derrière le banc des Champions pour occuper le même poste avec l’équipe Cendrions, y serait pour quelque chose?

La réponse est oui. Trotz est reconnu comme l’un des meilleurs dans ses fonctions et il sera à l’un des candidats au titre d’instructeur de l’année.

Sûrement que Todd Reirden n’a pas le même ascendant sur les Capitals comme l’avait Trotz. Mais il faut reconnaître que Braden Holtby est dans une période de misère où il semble avoir perdu tous ses repères.
À New York, durant ce temps, les Islanders ne semblent pas trop souffrir du départ de John Tavares, perte que l’on croyait être dévastatrice.

Cette formation compte enfin sur un gardien, dont la carrière a déjà été en péril. Robin Lehner montre des statistiques ronflantes avec une mince moyenne de buts accordés de 2,02 et un pourcentage d’arrêt de .931, ce qui en fait l’un des meilleurs de sa profession en ce moment. S’ils maintiennent cette efficacité les Islanders de Barry Trotz pourraient mêler les cartes au printemps.

Le CH
À Montréal, le Canadien vient d’arracher cinq victoires à ses six derniers matchs avant la pause du Cirque de Gary Bettman. Ce qui fait qu’avec 31 matchs à disputer et une avance de sept points sur les Sabres de Buffalo, qui n’ont gagné que trois fois à leurs dix dernières sorties, le Tricolore est en excellente situation pour renverser les sceptiques et accéder aux éliminatoires.

Cette équipe trouve toujours le moyen de se sauver avec un gain et plus de doute, elle compte maintenant sur le véritable Carey Price qui fait la différence plus souvent qu’autrement.

Les Panthers
Chez les Panthers il semble que le directeur gérant Dale Tallon ait lancé la serviette.

Sa décision de faire graduer quatre jeunes espoirs dans cette deuxième demie du calendrier est révélatrice. Henrik Borgstrom, Jayce Hawryluk, Ian McCoshen et Josh Brown sont utilisés régulièrement et jusqu’ici ils ne déçoivent pas la direction.

Avec un retard de dix points sur Pittsburgh (avant la rencontre Penguins-Devils le lundi 28 février) et seulement 34 matchs à disputer, leurs chances sont, à toute fin utile, inexistantes.

On se rappelle que l’an dernier, les Panthers avaient été la meilleure équipe du circuit après le match des Étoiles avec une fiche de 24 victoires, huit revers seulement et deux points obtenus en prolongation. Ils avaient alors raté les séries par un seul petit point. Mais la situation est différente en ce moment, même s’ils viennent de vaincre Toronto, Nashville et San Jose. C’est que les deux gardiens Roberto Luongo et James Reimer semblent incapables de performer de façon constante, ce qui rend l’équipe vulnérable.

Les Panthers reprendront le boulot le 1er février après une pause de dix jours, ce qui n’est pas l’idéal. La commande sera lourde puisqu’ils devront affronter Nashville, Vegas, St-Louis, Pittsburgh, Washington et Tampa en dix jours.
La seule consolation c’est que le match contre les Capitals sera le seul sur la route, les cinq autres ayant lieu à la maison.