Les favoris au mur

Les favoris au mur


Par Le soleil de la Floride

Jamais une équipe championne de la saison régulière de la Ligue nationale n’a perdu sa première série éliminatoire.

Personne n’a pu envisager le sort que subit en ce moment le Lightning de Tampa face aux surprenants Blue Jackets de Columbus, qui n’ont jamais remporté une seule série en cinq tentatives. Que la troupe de Jon Cooper tire de l’arrière est une chose, mais qu’elle soit en retard 0-3 devant la huitième formation au classement final est une autre histoire.
Le Lightning ne s’attendait sûrement pas à une telle opposition des Blue Jackets. Surtout qu’il avait accumulé 30 points de plus au classement que ces derniers durant le calendrier régulier en plus d’égaler un record avec 62 victoires. Durant toute la saison, Tampa a survolé les 30 autres formations au point où l’adversité était presqu’inexistante. Pas une seule fois cette équipe n’a perdu trois matchs en ligne, ce qu’elle vient d’encaisser devant les hommes de John Tortorella.

Comment expliquer ce déroulement
impensable?

Les Jackets ont marqué 12 buts et en ont accordé seulement cinq. Les Kucherov, Stamkos et Point, considérés comme les meilleurs compteurs de leur équipe ayant touché la cible 127 fois cette saison, n’ont pas récolté un seul point jusqu’ici devant un Sergei Bobrovsky, intraitable depuis la première période de cette série alors qu’il avait cédé trois fois. Depuis, il n’a fléchi que deux fois en huit périodes. De son côté, Andrei Vasilevskiy n’a pas été aussi alerte devant son filet. Mais il n’est pas le responsable du cauchemar que vivent ses coéquipiers. La panne générale des nombreux marqueurs est l’unique raison des présents déboires de cette équipe. Le Lightning fera face à l’élimination le mardi 16 avril. Si Columbus remporte cette affrontement, que ce soit ce soir ou dans la semaine à venir, le directeur-gérant Jarmo Kekäläinen aura gagné son pari en allant chercher du renfort pour que sa formation se taille une place en éliminatoire et surtout, remporte tout au moins une première ronde.
Matt Duchesne, obtenu des Sénateurs d’Ottawa, est jusqu’ici le meilleur attaquant des siens. Son équipe n’a perdu qu’une seule fois à ses dix derniers matchs, ayant remporté six victoires en sept parties à la fin du calendrier, ce qui lui a permis de devancer le Canadien comme dernière équipe repêchée obtenant un laisser-passer pour le bal printanier.
Les espoirs du Lightning doivent être mitigés puisque seulement quatre équipes ont réussi à combler un déficit de 0-3 en 186 séries éliminatoires.

Les Penguins
Si la situation du Lightning est périlleuse, que dire de celle des Penguins de Pittsburgh? Ils encaissent le même sort devant les surprenants Islanders qui durant toute la saison ont confondu les sceptiques. Ce qui se passe dans le clan de Crosby est une copie de ce que vit Tampa. Les buteurs des Penguins traversent une véritable sécheresse. Sidney Crosby, Jake Guentzel et Patric Hornqvist n’ont pas encore inscrit leur nom sur la feuille de pointage, pas plus que le trio du Lightning, Kucherov, Stamkos et Point. Pour sa part, le quart arrière Kristopher Letang n’a qu’une passe à son dossier.
Tout comme le Lightning, les Penguins se butent à un gardien en état de grâce. Robin Lehner accomplit une besogne sans bavure alors que les Islanders se conforment au système défensif de leur excellent entraîneur Barry Trotz, comme ils l’ont fait durant toute la saison.
L’allure de ces deux séries éliminatoires renverse toutes les prévisions. Où sont les analystes qui avaient prédit un tel déroulement ? Au fond, ce sont ces imprévus et ces surprises qui rendent le sport aussi palpitant.

Bruins-Jets
Les Bruins de Boston et les Jets de Winnipeg ont créé beaucoup d’inquiétude chez leurs partisans en cédant devant les Leafs et les Blues au départ. Ces deux équipes ont par la suite redressé la situation et elles devraient renverser leur adversaire.
Les Bruins sont coriaces. Malgré les nombreux blessés, ce qu’ils ont vécu durant toute la saison, ils possèdent tellement de profondeur que les Leafs ne devraient pas survivre devant eux. Quant aux Jets, ils forment une meilleure équipe que les Blues. Si Connor Hellebuyck retrouve ses repères, ils devraient revenir de l’arrière.

Arbitres affreux
Déjà très mauvais durant la saison régulière, l’arbitrage devient affreux lorsque l’enjeu est plus important. On l’a vu dans les dernières semaines du calendrier régulier alors que des équipes bataillaient pour une place dans les séries. Et là, depuis que les éliminatoires sont commencées, les arbitres sont tout simplement pitoyables.
Lors du deuxième affrontement Bruins-Leafs, Brad Meier et Trevor Hanson ont été tellement mauvais que le match a pris l’allure d’un rodéo. L’attaque de Nazem Kadri sur Jake DeBrusk a été la conséquence de leur incompétence.