Les gagnants et les perdants


Par Le soleil de la Floride

Si les coutumes persistent, le Canadien de Montréal prendra part aux séries éliminatoires tandis que les Panthers de la Floride en seront exclus.

C’est que selon les statistiques, 78 % des équipes qui, à la fête américaine de la Thanksgiving, occupent l’une des huit premières places de leur association obtiennent effectivement un laissez-passer pour les séries éliminatoires.

Pendant que le Canadien trime pour conserver ses chances, les Panthers eux croulent en raison d’une défensive en lambeaux.

Après avoir redressé un très mauvais départ en remportant cinq matchs en ligne, l’équipe de la Floride croule au dernier rang de la Conférence de l’Est et occupe le 28ème rang de tout le circuit, résultat de cinq défaites à ses six derniers matchs où la défensive et les gardiens sont devenus une véritable passoire.

Roberto Luongo, avant d’être blessé à nouveau, et son adjoint James Reimer ont été pitoyables lors de ces cinq échecs tandis que la brigade défensive ne parvient pas à s’affirmer comme elle l’a si bien fait dans la deuxième demie de la saison dernière.

La tenue des Panthers les rapproche davantage d’un excellent choix au repêchage de juin 2019 que d’une place dans les éliminatoires d’avril. Cette équipe représente la plus grande déception du circuit Bettman jusqu’à maintenant puisqu’à l’unanimité, les analystes lui prédisaient enfin une participation aux séries.

Durant ce temps, contrairement aux Panthers, le Canadien lui aussi connaît quelques ratés après avoir arraché de toutes les façons de précieux points au  classement dans les premières semaines du calendrier. Mais là, le manque de talent de plusieurs des défenseurs de cette formation refait surface. L’entraîneur Claude Julien peut toujours dire qu’il aime voir la compétition entre ses arrières et les garder sur le qui-vive, mais il serait plus honnête de dire que cette chaise musicale, à laquelle sont soumis les membres de cette brigade, vient du fait que trop d’entre eux n’affichent aucunement le talent de véritable défenseur.

Les Alzner, Ouellet, Reilley, Mete et Schlemko sont incapables de performances leur assurant un poste régulier. C’est ce qui explique davantage les modifications match après match de cette brigade défensive.

Si la joie a repris sa place chez les partisans du Tricolore, il n’en demeure pas moins que leur équipe n’a obtenu que trois gains à ses 10 derniers matchs. Heureusement qu’elle a obtenu trois points en prolongation, ce qui lui permet de conserver la huitième place donnant droit aux séries dans la Conférence de l’Est.

Tampa, Buffalo et Toronto ne semblent rien vouloir céder et à moins de catastrophes, ces trois équipes devraient continuer à dominer. Les Bruins restent de coriaces adversaires du Canadien.

Qui pourrait déloger la troupe de Claude Julien de cette huitième position ? Les Rangers surprennent et sont aux trousses du CH tout comme les Hurricanes. Mais si une équipe devait remonter la pente, ce serait les Penguins de Pittsburgh. Toutefois pour y arriver ils devront faire brûler des lampions pour que leur gardien Matt Murray sorte de sa torpeur.

Ce n’est pas avec des statistiques de 4.08 buts accordés par match et un pourcentage d’arrêt de .877 que ce gardien permettra aux Penguins de gravir les échelons.