Les Panthers sur le seuil


Par Le soleil de la Floride

Ces deux équipes ne fléchissent pas plus que la Floride qui, avec toujours trois parties de plus à jouer, les poursuit à deux et trois points respectivement. Il faudra attendre la dernière semaine du calendrier pour que les Panthers aient joué le même nombre de matchs que Columbus et New Jersey pour confirmer leur rang.

Lorsque les Panthers ont défait les Rangers, samedi soir dernier, ils en étaient à leur 15ème victoire en 19 rencontres, ayant subi un revers en prolongation. Cette poussée depuis la fin de janvier est la meilleure performance de toute la Ligue nationale.

Avec ce gain sur New York, la Floride établissait une nouvelle marque de son histoire puisqu’il s’agissait d’un huitième gain consécutif à domicile. Le record précédent de sept victoires en ligne remontait à la saison 2015-2016, lorsque les Panthers avaient remporté le championnat de la division Atlantique.

L’un des artisans de cette réussite est le gardien Roberto Luongo qui, depuis son retour, tient le fort comme à ses beaux jours.

« Nous avons remporté des victoires de toutes les façons », dit-il. « C’est ce que font les bonnes équipes ». Les Panthers n’ont pas perdu deux matchs en ligne depuis le début de décembre.

 

Vatrano

Depuis samedi, l’entraîneur Bob Boughner compte sur un nouveau joueur qui, contre les Rangers, a vraiment complété le duo Huberdeau-Trocheck.

Frank Vatrano, obtenu des Bruins de Boston en retour d’un choix de repêchage de troisième ronde, a marqué son premier but dans son nouvel uniforme.

Ces trois joueurs ont récolté cinq points samedi, Huberdeau ajoutant une passe en plus de son 22ème but et Trocheck obtenant deux passes, en plus de marquer le but victorieux en tir de barrage.

L’addition de Vatrano pourrait bien sortir une épine du pied de son entraîneur puisque le troisième membre de cette ligne d’attaque, Denis Malgin, est absent depuis deux semaines en raison d’une blessure.

L’absence de Malgin s’est fait sentir puisque l’entraîneur Bob Boughner a dû multiplier vainement les tentatives pour trouver son remplaçant.

Vatrano n’a jamais eu la chance de se faire valoir avec les Bruins. Son acquisition pourrait bien être un vol.

À son premier match, il a joué plus de 19 minutes alors qu’avec les Bruins il n’avait jamais dépassé les 15 minutes.

Son entraîneur l’a utilisé aussi durant un avantage numérique et en prolongation. Sa faible production avec son ancienne équipe ne démontre aucunement ses qualités de marqueur. Il pourrait bien devenir tout un autre joueur avec les Panthers. À Boston, on en faisait un joueur défensif sur les deux derniers trios. Il n’a jamais pu s’exprimer comme un attaquant offensif. Ce qu’il a démontré à son entrée avec les Panthers, c’est qu’il a sa place sur les deux premières lignes.

Le retour de Malgin ajoutera une meilleure offensive au troisième trio, que ce soit ce dernier ou Vatrano qui se joigne à Jared McCann et Jamie McGinn.

Les Panthers sont méconnais-sables depuis la pause du match des Étoiles. Cette saison, ils ont un dossier de 22 victoires et aucun revers lorsqu’ils mènent après deux périodes.

 

À venir

Comme la semaine dernière, jetons un coup d’œil sur le reste de la saison de ces trois équipes qui bataillent pour une place dans les séries éliminatoires.

Après le match d’hier (lundi) contre Ottawa, les Panthers joueront huit fois sur la route et sept fois à la maison dont quatre des cinq dernières parties. Ils affronteront sept formations qui les devancent au classement, dont les Bruins avec qui ils croiseront le fer quatre fois.

Après le match d’hier (lundi) contre le Canadien, Columbus jouera sept de ses 12 dernières rencontres à l’étranger et quatre contre des équipes qui les précèdent. Les Devils partent pour un lourd séjour qui les mènera à Las Vegas, Los Angeles, Anaheim, San Jose et Pittsburgh. Dans la dernière semaine, ils seront à Montréal et Washington. Dans neuf de leurs 13  prochains matchs, ils devront batailler contre neuf équipes qui les devancent, dont deux fois contre Pittsburgh.

 

Ce calendrier pourrait bien écarter les Devils du bal printanier et laisser le passage aux Panthers dont la dernière participation aux séries remonte à la saison 2015-2016.  Si les Panthers maintiennent ce rythme et atteignent les éliminatoires, il faudra les considérer comme l’équipe Cendrillon au même titre que les Golden Knights de Las Vegas.Ce réveil impensable en janvier pourrait se poursuivre au-delà de la première semaine d’avril alors que prendra fin le calendrier de la LNH.

Si cela devient le cas, ses premiers adversaires en éliminatoires ne pourront  prendre les Panthers à la légère.