Pacioretty Du mouvement à l’horizon


Par Le soleil de la Floride

À moins d’une semaine de la fin des échanges dans la Ligue nationale, des équipes ont fait savoir qu’elles seront vendeuses dans un processus de reconstruction.

Les directeurs gérant des Rangers, des Sénateurs et des Canucks savent, qu’avec les éléments en mains, ils n’arriveront jamais à être des candidats aux grands honneurs. Ils ont jusqu’à lundi prochain 16 heures pour transiger leurs joueurs les plus âgés et ceux qui détiennent des contrats trop onéreux sans rapporter des dividendes. S’ils ne trouvent pas preneurs, à la fin du calendrier, ils ne renouvelleront pas les ententes des joueurs qu’ils veulent larguer et tenteront de gonfler leur banque de choix, au prochain repêchage de juin. Reste le marché des joueurs autonomes.

Mais la liste n’est pas très garnie pour les équipes qui ont décidé de reconstruire. Seul John Tavares des Islanders est considéré comme un élément de grande valeur. Il serait surprenant qu’il accepte de se joindre à une équipe qui devra attendre trois ou quatre ans pour devenir membre du cercle des meilleurs.

Les directeurs gérants comprennent, de plus en plus, que l’avenir passe par le repêchage et que le chemin à franchir demande patience et flair pour choisir les plus doués des rangs juniors. Sauf que le repêchage n’est pas une science exacte et il est fréquent que les espoirs s’estompent sur des joueurs ayant dominé dans leur carrière mineure. Les exemples ne manquent pas chez des équipes qui ont laissé passer des juniors dominants. Les Bruins de Boston ont atteint leur cible en choisissant   Charlie McAvoy et David Pastrnak. Mais ils auraient pu aussi mettre la main sur des joueurs devenus rapidement de véritables marqueurs. Ils ont choisi Jakub Zboril et Zachary Senyshyn alors que les excellents Mathew Barzal et Brock Boeser attendaient leur tour. Bien qu’ils occupent le premier rang de la Ligue nationale, on peut se demander à quel point cette équipe serait davantage dominante avec ces deux joueurs surdoués.

 

Le CH

D’autres équipes ont gaspillé leurs chances de frapper le gros lot. Le Canadien de Montréal, qui traverse l’une de ses pires périodes noires, s’est gouré sans bon sens lorsqu’il a réclamé Louis Leblanc, Jarred Tinordi et Micheal McCarron, trois premiers choix, incapables de graduer dans la LNH. Les dommages causés par ces décisions erratiques pèsent très lourd chez cette équipe, parce qu’elle ne compte aucun patineur dominant dans son organisation. Alex Galchenyuk, 12 buts, et Artturi Lekhonen, 5 petits buts, sont les deux seuls joueurs repêchés par le CH à évoluer sur une base régulière, depuis le repêchage de 2012.

 

Marc Bergevin n’a pas dévoilé son fameux plan comme l’on fait Pierre Dorion, Glen Sather et Jim Benning. Il laisse courir les rumeurs. Mais sûrement qu’il a pris contact avec ses homologues dans le but de laisser partir quelques-uns de ses joueurs en retour de choix de repêchage. Le nom de Max Pacioretty, Tomas Plekanec et Alex Galchenyuk font la une. Bergevin sera exigeant avant de se départir des services de son meilleur buteur. La dernière rumeur envoyait Pacioretty chez les Panthers en retour du talen-tueux joueur de centre Henrik Borgström. Bien que Dale Tallon soit à la recherche d’un marqueur, qui complèterait ses deux premières lignes d’attaque, il serait surprenant qu’il sacrifie Borgström.

 

La semaine dernière, Tallon affirmait au Soleil de la Floride qu’il ne transigerait aucun de ses joueurs d’avenir. Borgström fait partie de ce groupe et devrait faire le saut dans le grand circuit dès la prochaine saison. Il serait plus concevable que Tallon propose les services de Nick Bjugstad à son ami Bergevin. La perte serait moins dommageable pour les Panthers. Bjugstad a connu une bonne première saison. Par la suite il a tardé à produire comme on l’espérait en raison de blessures, dont une commotion cérébrale. Présentement il joue son meilleur hockey depuis sa première saison.

 

Mais Bergevin demanderait plus que Bjugstad pour laisser partir Pacioretty. Cette histoire sortie de Toronto et amplifiée à Montréal ne tient pas vraiment la route. Si Dale Tallon veut bouger ou pas, il attendra à la dernière minute pour voir où est positionnée son équipe dans cette course très congestionnée avec les Devils, Hurricanes, Blue Jackets et Islanders.

 

De son côté, le directeur gérant du Canadien n’a pas une grande marge de manœuvre. Il ne peut transiger ses futurs choix de repêchage, ce qui fait qu’il devra céder des joueurs qu’il voudrait garder au sein de son équipe. On se répète en disant qu’il serait surprenant qu’un directeur gérant soit prêt à assumer les contrats de Carey Price et de Shea Weber. Personne ne fera de cadeau à Bergevin. Les joueurs qui pourraient être la cible des autres équipes son   Brendan Gallagher, Alexander Galchenyuk et évidemment Max Pacioretty, dont le contrat sous les normes expirera à la fin de la saison prochaine. Devant les misères de son équipe, Bergevin peut se consoler sachant qu’il pourra enfin réclamer un surdoué en juin puisque le Canadien terminera probablement sa saison parmi les cinq derniers. Mais sa formation n’est pas à un seul joueur pour espérer gravir rapidement les échelons.

 

Il devra, au cours des prochains jours, jouer ses cartes sans la moindre faute parce que jusqu’ici il n’a pas vraiment montré qu’il était maître dans l’art de construire.