Panthers enterrés: Canadien en danger

Panthers enterrés: Canadien en danger


Par Le soleil de la Floride

Samedi soir, le Lightning de Tampa est venu fermer les lumières pour ce qui en étaient des espoirs des Panthers de la Floride d’atteindre les séries éliminatoires. Après ce match, c’était à nouveau la grande noirceur pour l’équipe de Sunrise.

 

Le lendemain, le Canadien s’est retrouvé devant cette équipe ne ressemblant aucunement à celle qui s’était présenté au Centre Bell, dix jours plus tôt.

Un deuxième match en moins de 22 heures et surtout, un cauchemar tout récent n’allaient sûrement pas revigorer une équipe au tapis.

Les joueurs des Panthers auront besoin de temps pour oublier que leurs efforts ont été vains. Après, ils vivront d’espoir en pensant que l’an prochain, ils possèderont de meilleurs éléments pour finalement émerger du groupe des perdants.

Durant ce temps, le Canadien devra faire son deuil de la première place de l’Association de l’Est. Parce qu’avec quatre matchs à jouer, dont celui d’hier contre Columbus, les Rangers les coifferont sûrement.

Montréal devra peut-être patienter jusqu’aux dernières parties du calendrier pour connaitre son adversaire de première ronde.

Il attendra comme tous les amateurs de hockey largement partagés sur le choix entre Boston, Pittsburgh, Détroit et même Ottawa, qui a laissé filer un point si précieux dans une défaite crève-cœur, dimanche à Toronto. Un revers de 3-2 en tirs de barrage qui pourrait les forcer à plier bagages d’ici samedi.

Et c’est probablement ce que les joueurs du Canadien souhaitent le plus. Voir les Sénateurs rentrer chez eux pour de bon.

Des quatre équipes susceptibles de mériter une place chez les deux repêchées, comme on les appelle maintenant, Ottawa était sûrement le cauchemar du Tricolore.

Comme leurs fans inconditionnels, le Canadien craignent les Sénateurs comme la peste.

Pittsburgh, New York Rangers et Philadelphie sont les prochains adversaires d’Ottawa. En remportant ces trois affrontements, ils pourraient devancer les Penguins, qui en arrachent vraiment, n’ayant remporté que trois de leurs dix dernières parties.

Et justement, ces deux équipes s’affrontent ce soir, mardi, à Ottawa, pendant que Détroit recevra la Caroline.

Avec un gain ce soir, les Sénateurs se retrouveraient à égalité avec Pittsburgh et Boston, et recommenceraient à donner des sueurs au Canadien.

Les autres

À part Ottawa, les chances des trois autres formations d’expulser le Tricolore de la première ronde sont plutôt minces.

Pittsburgh joue comme une équipe complètement disloquée et Détroit fait preuve d’une inconstance plus qu’inquiétante.

Les Bruins viennent de remporter leurs cinq derniers matchs. Ils jouent de mieux en mieux et montrent une discipline que l’on ne leur connaissait pas.

Eux aussi pourraient tenir tête au Canadien, mieux en tous les cas que les Penguins ou les Wings.

Le Canadien

Reste qu’avant leur victoire de dimanche sur les Panthers, les hommes de Michel Therrien n’avaient pas remporté une seule victoire en temps régulier dans ses six matchs précédents. Et à trois occasions, ils avaient accordé cinq buts.

Carey Price, qui fera la lutte à Alex Ovechkin pour le joueur le plus utile à son équipe, a montré des signes de fatigue. On le sait, il est un gardien qui surutilise le style papillon, ce qui le sert bien.

Mais de plus en plus, il a tendance à descendre sur la glace trop rapidement. Ses adversaires tirent maintenant dans le haut du filet.

Aussi dans les matchs plus physiques, les petits joueurs du CH semblent en arracher davantage.

Il ne faudrait pas s’attendre à ce que les Bruins tombent si bêtement dans leurs mauvaises habitudes, cette fois-ci, en jouant comme des poules pas de tête et en matamores. Ils savent que cette méthode ne marche plus contre Montréal.

S’ils affrontaient le Canadien, les amateurs assisteraient probablement à une formidable série.

En terminant au deuxième rang de son Association, Montréal croiserait le fer contre l’équipe de septième place.

On le sait très bien, on ne choisi pas ses adversaires dans les éliminatoires. Mais si c’était le cas, il y a fort à parier que les joueurs du Canadien opteraient pour les Penguins, surtout privé de leur général à la ligne bleue, Kris Letang.

Mais ce qui pourrait faire le plus mal au Canadien, ce n’est pas son premier adversaire dans la série initiale. C’est l’absence de son meilleur marqueur, Max Pacioretty, auteur de 37 buts jusqu’ici.

La direction de l’équipe refusait, hier lundi, de dévoiler la nature de sa blessure, profitant d’une journée de congé, ici en Floride. On se contentait de parler d’une blessure au haut du corps. Lorsque l’on regarde la reprise de la chute de Pacioretty et sa difficulté à reprendre ses sens après l’impact, on pourrait croire qu’il s’agit d’une commotion cérébrale. Si c’est le cas, le meilleur marqueur du CH pourrait bien rater la première série de son équipe.

Le Tricolore est la formation qui a été la plus épargnée par les blessures au cours du calendrier régulier. Aucun de ses joueurs importants n’a raté une séquence la moindrement longue.

On se rappelle que l’an dernier, en première série, le CH s’était envolé sans la moindre peine devant le Lightning, privé de son solide gardien, Ben Bishop.

Cette fois, les rôles sont renversés.

Sans son seul véritable franc-tireur, le Canadien ne serait plus menacé par une seule équipe, mais par n’importe lequel de ses adversaires.