Samuel Girard un vol de Sakic


Par Le soleil de la Floride

Lorsque le directeur général de l’Avalanche du Colorado, Joe Sakic, a procédé à l’échange de Matt Duchesne, qu’il a envoyé aux Sénateurs d’Ottawa, il ne soupçonnait sûrement pas avoir mis la main sur un jeune défenseur qui deviendrait une véritable perle pour son équipe.

ice hockey player in action kicking with stick

Dans ce marché à trois équipes, Samuel Girard, un jeune athlète de Roberval, est passé des Pre-dators de Nashville à l’équipe du Colorado pendant que Duchesne pliait bagage pour Ottawa et que Kyle Turris partait pour la ville du country.

« Cette transaction aura été un point tournant dans ma vie », lance le petit défenseur.

« J’avais profité du mauvais sort de quelques arrières à Nashville, qui étaient sur la liste des blessés. J’ai eu la chance de jouer seulement cinq parties sur les 14 premières de la saison, mais les choses se sont bien déroulées. Mais je savais qu’au retour des absents, je me retrouverais sur la galerie de la presse plus souvent qu’autrement. On connaît la qualité des défenseurs des Prédateurs et les ouvertures pour moi étaient plutôt minces », ajoute-t-il. « Si ne n’avais pas été impliqué dans ce marché, je ne serais sûrement pas rendu où je suis dans ma carrière ».

Bien sûr que Samuel a eu un pincement au cœur en quittant sa première équipe dans la Ligue nationale sans trop savoir ce qui l’attendait à Denver.

Les choses se sont précipitées pour lui dès son entrée dans le vestiaire de l’Avalanche.

« Dès mon arrivée les vétérans m’ont pris sous leurs ailes. Je n’avais que 19 ans et c’était un peu intimidant. Mais j’avais confiance en mes moyens. On m’a donné un rôle dès le départ et j’ai respecté les consignes. Ce qui fait que je partage la première paire de défenseurs avec Erik Johnson. Je joue plus de 20 minutes par match et je dois dire que les astres s’alignent pour moi », ajoute le sympathique athlète. Son entraîneur a aussi recours à ses services sur la deuxième vague de l’attaque à cinq. Et Samuel joue à merveille son poste de quart-arrière. Au sujet de son équipe, le défenseur rappelle comment les choses se sont rapidement bousculées pour le mieux en moins de deux ans.

« L’an dernier nous n’étions pas toujours aussi constants. Mais au fur et à mesure que la saison progressait, on sentait une amélioration de match en match. Cette saison nous formons une solide équipe. Nous sommes dans le peloton de tête. Notre équipe est l’une des plus rapides du circuit et cela nous apporte des dividendes. Chacun a son rôle et nous formons un groupe tissé serré ».

Malgré sa petite taille, Samuel Girard était dominant dans les rangs juniors et son avenir était assuré dans la Ligue nationale.

Il a été repêché par les Predators en deuxième tour, au 47ème rang, en 2016. Il avait connu deux solides saisons avec les Cataractes avec des fiches de 74 et 75 points en plus d’être désigné leur meilleur défenseur recru à sa première saison et meilleur défenseur du circuit deux ans plus tard.

Après son repêchage, il n’a joué que six matchs dans la Ligue américaine avant de graduer dans le grand circuit. Il n’est plus jamais retourné dans un circuit mineur.

 

Dans l’Est du pays, on ne fait pas beaucoup éclat de ce jeune talent mais dans l’Ouest, toutes les équipes reconnaissent que Joe Sakic a réussi un coup de maître en obtenant les services de Samuel Girard, un excellent défenseur doté de grandes qualités offensives.a