Tampa… et les autres


Par Le soleil de la Floride

 

Si la course pour une place dans les séries éliminatoires de la Ligue nationale s’annonce féroce, celle pour les premières au classement général e Après les matchs de jeudi, au moment d’écrire ces lignes, seulement cinq  points s’éparaient les neuf formations entre le deuxième et le dixième rang.

Si la tendance se maintient le Lightning de Tampa Bay devrait faire cavalier seul jusqu’à la fin à moins que l’un de leur joueur dominant soit victime d’une blessure sérieuse. Mais cette équipe possède tellement de talent et de profondeur qu’elle pourrait survivre à une catastrophe comme elle l’a fait durant l’absence de son gardien Andrei Vasilevskiy, le meilleur du circuit.

Louis Domingue a dû entreprendre dix matchs consécutifs et il a vraiment brillé en prenant la relève, lui qui n’avait joué que cinq fois lors des 18 premières parties. Si la relève est assurée devant le filet, elle l’est autant à l’attaque qu’à la ligne bleue.

Le Lightning est la plus magnifique machine de hockey en Amérique en ce moment. La troupe de Jon Cooper n’a pas de faiblesse. Elle domine dans tous les aspects. Les Hedman, McDonagh, Stralman, Girardi, Sergachev et Coburn forment la meilleure brigade défensive de la LNH. Son attaque fait peur et crée bien des doutes chez les gardiens adverses. Avec des marqueurs tels les Kucherov, Point, Stamkos, Johnson, Gourde, Miller, Palat, Cirelli, cette offensive est en mesure de causer des dommages à tous les soirs. L’équipe de Julien Brisebois n’est pas à la veille de sombrer. Sa réserve est bien garnie.

Le groupe de Brisebois pourrait bien succéder aux Hawks de Chicago, aux Penguins de Pittsburgh et aux Kings de Los Angeles comme détenteurs de quelques Coupe Stanley. Mais le périple sera pénible lorsque l’on analyse la qualité des Jets, Leafs, Flames, Predators, Capitals, Sharks, Ducks qui se disputent à tous les matchs pour gagner une place.

Le Lightning compte effectivement sur une belle réserve dans les rangs mineurs dont quelques joueurs attendent impatiemment leur tour, pour faire le saut dans le grand circuit. Pour le moment il n’y a pas de place disponible et les jeunes du Crunch de Syracuse devront faire preuve de patience. Leur entraîneur Benoit Groulx prépare la relève et il compte sur plusieurs espoirs qui feront un jour le saut. Cette organisation ne largue pas ses jeunes joueurs facilement. Elle fait preuve de patience et persiste. Le meilleur exemple est Bryden Point un choix de troisième tour en 2014.

Point a fait son apprentissage et il est devenu le premier centre, dominant chez les francs-tireurs des siens. Effectivement le pipeline de cette organisation est bourré de talent. Mathieu Joseph et Anthony Cirelli ont rejoint le « grand club » pendant que Taylor Raddysh, Boris Katchouk et Alex Barré-Boulet cognent à la porte.

Alex, un hockeyeur de Montmagny, champion marqueur de la Ligue junior majeure du Québec et joueur par excellence au Canada à sa dernière saison avec l’Armada, entend s’inspirer de Yanni Gourde, un autre Québécois de St-Narcisse dans la Beauce, qui a attendu ses 25 ans pour graduer avec Tampa. « Je sais que le Lightning ne sera pas pour tout de suite. Je sais qu’il faudra du temps mais je suis prêt à cela »,

dit Alex. « Yanni et moi avons le même agent. Je vais faire comme lui. Trimer dur dans les mineurs et attendre mon tour ».

Tout comme Gourde, Barré-Boulet n’a pas été repêché mais dans les deux cas le Litghtning a eu le flair de leur offrir des contrats comme agent libre.

Alex avait été écarté par les recruteurs en raison de son petit gabarit de 5′ et 10 » et 165 livres et aussi en raison de son coup de patin qui laissait des doutes.

Jonathan Marchessault, Tyler Johnson, deux autres joueurs embauchés par Tampa, et Martin St-Louis, n’ont jamais été réclamés mais ont fait leur marque. Lorsque le Lightning a embauché le patineur de Montmagny, plusieurs analystes et amateurs de Montréal ont longuement grogné contre les dépisteurs du Canadien qui pourtant ne comptent pas sur une relève impressionnante dans ses rangs mineurs.

n sera une épique.