LA RADIESTHÉSIE


Par Gerard Charpentier

Qui n’a pas entendu parler de ces fameux « sourciers » qui depuis la nuit des temps sont capables de détecter l’emplacement d’une source d’eau invisible et inaudible ? Est-ce grâce à une baguette de bois en forme de fourche, ou encore d’un pendule… mais cela est-il du ressort de la chance, de la divination ou encore pourquoi pas d’une science, d’une technique non encore codifiée que serait la radiesthésie ?

En effet, les adeptes diront à ceux et celles qui veulent l’entendre que la radiesthésie ce n’est pas seulement l’art de localiser des sources d’eau ou de déterminer la profondeur d’un puit, mais c’est aussi la possibilité d’établir éventuellement un diagnostic médical ou permettre de retrouver une personne disparue, un objet perdu, ou encore un trésor, etc. Mais comme on peut s’en douter, ce n’est pas l’avis des scientifiques. Dans les années 1986, des études rigoureuses ont été menées de l’université de Munich et n’ont mis en évidence aucune efficacité de la radiesthésie. Le mouvement de la baguette ou du pendule ne serait que le résultat d’un « effet idéomoteur »  et n’aurait rien à voir avec l’idée selon laquelle les êtres vivants seraient sensibles à certaines radiations émises par les différents corps.

On doit le mot « radiesthésie » (du latin radius, « rayon » et du grec aisthêsis, « sensibilité ») aux abbés Bouly et Bayard. Ce procédé divinatoire était anciennement appelé « rhabdomancie » (du grec rhabdos, « bâton » et manteia, « divination », technique uti-lisant la baguette de coudrier).

Sur ce, que vous soyez ici en Floride ou au Québec, je vous dis à la prochaine  fois en vous espérant heureux et en santé!