Le « burn-out » parental

Le « burn-out » parental


Par Le soleil de la Floride

Ce phénomène, il faut bien se le dire en est un de société. Les familles vivant en milieu urbain comme c’est le cas pour plus de la moitié des populations des sociétés dites industrialisées, ne vivent plus suivant un principe de répartition des tâches, la « maison et le travail » où l’homme était autrefois le pourvoyeur et la femme responsable de la maison et des enfants. Aujourd’hui, dans la très grande majorité des cas, les deux parents travaillent à l’extérieur et la vie familiale à l’ancienne est de plus en plus rare.

Il est plus fréquent qu’on ne le pense, le nombre de parents vivant un épuisement tant physique que psychologique surtout quand les enfants sont jeunes et en croissance permanente. Généralement cela n’est pas verbalisé et pris en considération, car ce n’est pas une maladie, et se plaindre de sa vie de couple et de famille tout le monde pourrait le faire.

Ce phénomène touche autant les femmes que les hommes qui vivent en couple et en famille. La solution pour gérer ce moment de la vie, passe par une prise de conscience simple. Elle consiste à considérer que les êtres humains recherchent la vie en couple et en famille. C’est un besoin naturel. Autrefois, les rôles étaient répartis suivant un principe de complémentarité, mais de nos jours ce n’est plus le cas. Le principe d’égalité entre conjoints fait que les tâches ne sont plus définies suivant le genre féminin ou masculin, mais comme un ensemble de réponses à apporter pour que les parents et les enfants se réalisent dans une dynamique commune.

On ne peut nier que le fait d’élever des enfants est une charge, mais les parents ne devraient jamais oublier que dans la très grande majorité des cas ils les ont voulus et que cela vaut l’effort.

Sur ce que vous soyez ici en Floride ou au Québec, je vous souhaite d’être heureux et en bonne santé.