Relation mère-fille, fusionnelle pas si évident…


Par Le soleil de la Floride

La relation parent-enfant est toujours une question importante dans l’harmonie des familles. La relation père-fils est souvent évoquée alors que celle mère-fille l’est généralement moins, et pourtant…

On aborde souvent la question des filles qui ne sont pas comprises par leur mère mais l’être trop, cela est-il la bonne solution? Ces mères et filles qui ne forment qu’une, ces mères et filles qui sont les meilleures amies, ces mères et filles qui à l’extrême, aiment qu’on les prenne pour des sœurs, que faut-il en penser ?

La mère maternelle et fusionnelle

Certaines mères ont tellement peur de voir leur bébé leur échapper et vivre en dehors d’elles qu’elles établissent, dès la petite enfance, des liens de confidence avec leur fille. Elles partagent avec elle tous ses chagrins, tous ses malheurs et tous ses bonheurs. À l’adolescence, elles gèrent par procuration les insatisfactions et les attentes de leur fille et contrôlent leurs aventures amoureuses en la conseillant et en l’orientant suivant sa perception et non suivant les besoins de sa fille.

La fille et son passage au monde adulte

Pour l’enfant et plus tard l’adolescente et même l’adulte, il est difficile pour une fille d’échapper à une mère trop présente et de trouver son propre chemin. Dans bien des cas, le mécanisme fusionnel est tellement ancré qu’elle ne différencie pas ses propres émotions de celles appartenant à sa mère. Écarter sa mère devient alors presque impossible sans tomber dans un sentiment de culpabilité voir même de destruction personnelle.

Dans certains cas qui sont de l’ordre de la pathologie, certaines mères fusionnelles vont devenir des mères abusives qui critiquent et jugent. Elles veulent garder une place dominante auprès de leur fille sans comprendre qu’elles doivent lâcher prise. Quand c’est le cas, seul le recours à un thérapeute permettra de rétablir une relation équilibrée et harmonieuse entre la mère et la fille.

Sur ce, que vous soyez ici en Floride ou au Québec, je vous dis au mois prochaine en vous souhaitant d’être heureux et en santé.