Alzheimer : résultats préliminaires positifs pour un nouveau médicament


Par Le soleil de la Floride

Dans un article qui vient d’être publié dans la revue Nature, des chercheurs rapportent que l’aducanumab, un anticorps monoclonal, réduit nettement la quantité de plaques amyloïdes dans le cerveau des patients à un stade précoce de la maladie d’Alzheimer et ralentit le déclin cognitif. Cette étude préliminaire de phase 1b sera poursuivie plus largement.

L’aducanumab, nouveau médicament à l’essai, peut-être un nouvel espoir pour les patients atteints d’Alzheimer.

Les chercheurs de Neurimmune publient les résultats de l’essai clinique PRIME, une étude multicentrique préliminaire incluant 166 patients pour évaluer la dose l’efficacité et la tolérance d’un nouveau médicament contre la maladie d’Alzheimer. Il s’agit de l’aducanumab, un anticorps monoclonal qui cible les formes agrégées de bêta amyloïde qui composent les plaques d’amyloïde présentes dans le cerveau des patients atteints de la maladie d’Alzheimer. Le médicament est en cours de développement depuis plusieurs années. Neurimune a octroyé les droits d’exploitation d’adacanumab à Biogen en 2007 par un contrat de licence et développement collaboratif.

Réduction des plaques amyloïdes et ralentissement du déclin cognitif

Dans l’étude PRIME, après un an de traitement avec aducanumab, la quantité de plaques amyloïdes mesurées par tomographie par émission de positons (PET Scan) a été nettement réduite, avec un net ralentissement du déclin cognitif. Fait important pour les chercheurs, la diminution du nombre de plaques amyloïdes est dépendante de la dose et de la durée du traitement (plusieurs doses ont été testées avec une durée moyenne de un an de traitement).

En ce qui concerne la tolérance, des anomalies transitoires d’imagerie liées à l’amyloïde ont été observées mais la majorité des patients présentant ces anomalies n’avaient pas de symptômes cliniques dues à ces anomalies comme maux de tête transitoires légers à modérés.

Deux grands essais cliniques débutent

Afin de confirmer ces premiers résultats très encourageants montrant une stabilisation clinique des patients, deux grands essais cliniques de phase 3 appelés ENGAGE et EMERGE ont débuté dans plus de 300 centres hospitaliers de 20 pays d’Amérique du Nord, d’Europe et d’Asie. L’objectif de ces études est d’évaluer l’efficacité et l’innocuité du médicament chez 2 700 patients au stade initial de la maladie d’Alzheimer.

Confirmer l’hypothèse de la cause de la maladie

 Mais au-delà de ces objectifs, ces essais cliniques permettront de confirmer l’hypothèse selon laquelle l’accumulation d’amyloïde est le facteur déclenchant du déclin cognitif dans la maladie d’Alzheimer.