Bon départ et surprises

Bon départ et surprises


Par Le soleil de la Floride

Deux victoires en deux matchs dès le départ, ne fait pas une saison. Pas du tout. Mais quelques indices peuvent révéler que finalement, le virage qu’a pris la nouvelle direction-hockey des Panthers, n’était pas tout à fait une mauvaise décision.

Le chambardement de la brigade défensive faisait craindre un genre de dégringolade quand à la perméabilité de l’équipe qui, l’an dernier, a longtemps dominé la Ligue pour le moins de buts accordés.

L’idée de Tom Row, le nouveau directeur gérant, d’embaucher des défenseurs mobiles dont le contrôle de la rondelle était leur principal atout, était la bonne. Les sceptiques viennent d’être rapidement confondus, du moins à ce qu’ils ont constaté avec ces deux gains de début de saison.

Cette nouvelle dynamique s’étend à l’ensemble du jeu, ce qui fait que les Panthers passent beaucoup plus de minutes en possession de la rondelle et relance l’attaque le temps d’un éclair.

La venue de Keith Yandle, de Micheal Matheson et même de Jason Demers, ajoutée à l’excellent Aaron Ekblad, et le patron de jeu de l’équipe est totalement transformé.

On l’a très bien constaté contre les Devils et les Wings, avec une domination des tirs au but.

Si l’on connaissait les qualités de Yandle et de Demers, la performance de Matheson est tout à fait exceptionnelle. Il avait très bien paru lors de la série contre les Islanders au printemps dernier. Et il a repris où il avait laissé. Sa rapidité, sa vision du jeu, son intelligence et son sens de l’attaque en feront l’un des meilleurs de son équipe. Matheson, choisi par Dale Tallon au 23ème rang du premier tour lors du repêchage de 2012, deviendra un joueur étoile dans la Ligue nationale.

Le virage imposé par Rowe porte particulièrement sur la vitesse, la transition entre défenseurs et attaquants et la capacité des arrières à donner le ton à l’offensive.

Il est surprenant de constater que cette nouvelle philosophie soit appliquée et rodée si rapidement.

Les Panthers seront encore plus spectaculaires.

Marchessault – Malgin

D’autres changements ont été nécessaires en raison des malheurs qui frappent la formation régulière.

La perte de deux joueurs importants, Jonathan Huberdeau, qui sera absent cinq mois, et Nick Bjugstad, à l’écart pour un mois, ont donc forcé Gerard Gallant à former de nouvelles lignes d’attaque, ce qui n’était sûrement dans ses plans.

L’ancien joueur des Remparts de Québec, Jonathan Marchessault, qui devait se contenter d’un poste sur le 4ème trio, s’est rapidement retrouvé aux côtés de Barkov et Jagr en première ligne.

La contribution de l’ancien joueur du Lightning dépasse les attentes. Non seulement parce qu’il a récolté deux buts et deux passes à ses deux premiers matchs, mais en raison de ses capacités dans d’autres circonstances. Il est utilisé sur les attaques à cinq et très souvent on le désigne pour prendre des mises au jeu.

Gallant laisse sûrement aller un soupir de soulagement devant son travail parce que remplacer Huberdeau n’est pas une marche dans un jardin de roses.

Marchessault doit se sentir pas mal plus utile qu’il ne l’était à Tampa.

Souvent, les blessures permettent à de jeunes joueurs de venir montrer ce qu’ils peuvent apporter à leur équipe. Pour un, Denis Malgin, un joueur de la Suisse de 19 ans, fait écarquiller les yeux. Rapide, avec des mains agiles, Malgin gagne en ce moment un poste, lui qui aurait dû normalement retourner en Suisse.

Il serait surprenant qu’il soit rétrogradé au retour de Bjugstad. Il deviendra plutôt l’un de ses ailiers. D’ici là, il occupe le poste de Bjugstad au centre et s’en tire vraiment bien.

Tom Rowe doit sûrement prier pour que ces deux premières victoires ne soient pas un mirage.

Après une dizaine de matchs, on aura une meilleure idée sur ce que sera vraiment l’édition 2016-2017 des Panthers de la Floride.