La plasticité du cerveau

La plasticité du cerveau


Par Le soleil de la Floride

La malléabilité du cerveau

Le cerveau est complexe, mais la possibilité de créer de nouveaux chemins neuronaux le rend magique, et ce, même pendant la vieillesse! On a longtemps cru qu’après l’âge de 7 ans, le cerveau avait pris forme et qu’il ne pouvait plus se transformer. Les dernières années de recherche en neuroscience témoignent du contraire et offrent beaucoup d’espoir à tous ceux qui cherchent comment vivre mieux et en santé. Il n’est donc jamais trop tard pour améliorer sa condition!

Vous avez dit « trauma »?

Avez-vous déjà souffert d’un traumatisme crânien, physique ou psychologique? Souffrez-vous d’inquiétudes au quotidien? Dans son ouvrage intitulé Les étonnants pouvoirs de transformation du cerveau : guérir grâce à la neuroplasticité (2008), le psychiatre et psychanalyste Norman Doidge cite des exemples de guérison à la suite d’accident vasculaire cérébral. Entre autres, celui d’une femme avec une seule moitié de cerveau fonctionnel retrouvant les capacités d’un cerveau entier et de nombreux cas de résolution de troubles d’apprentissage et émotionnels profonds. Selon Doidge, l’intelligence peut mener à l’inquiétude et à l’anticipation de résultats négatifs puisque l’intelligence permet de prédire, de planifier, d’espérer, d’imaginer et d’élaborer des hypothèses. Certaines personnes deviennent tellement inquiètes qu’elles souffrent de troubles obsessionnel-compulsifs.

Un truc pour guérir

Peu importe le degré d’inconfort ressenti, au lieu de diriger son attention sur l’inquiétude ou sur la pensée négative, qui ne ferait souvent qu’augmenter l’intensité de l’appréhension, il est d’abord suggéré de nommer autrement l’expérience vécue en prenant conscience du manque de réalité de l’inquiétude. En second lieu, il faut détourner son attention en pratiquant une activité qu’on aime pendant 15 à 30 minutes (jardiner, aider quelqu’un, jouer d’un instrument de musique, faire de l’exercice, lire, écouter un livre audio si on est en voiture). Pour aider à maintenir sa concentration sur l’activité positive et agréable, il est préférable de la pratiquer avec une autre personne. Graduellement, l’inquiétude diminue et l’attention sur l’activité crée en simultané de nouveaux chemins neuronaux dans le cerveau. Avec le temps et de la persévérance, parce qu’il y aura des rechutes (toujours de moins en moins longues et fréquentes), on peut arriver à se guérir soi-même! Selon la gravité des cas, la transformation peut être accompagnée par une thérapie et/ou de la médication.

D’autres approches

Dans son livre intitulé The Brain’s Way of Healing (2015), Doidge mentionne l’importance de l’utilisation d’approches impliquant la lumière, le son, le mouvement ou la vibration. Ainsi, des approches comme la méthode Feldenkrais, la méditation, la thérapie par le son et la luminothérapie favoriseraient la neuroplasticité. Alors profitez bien de la lumière naturelle du soleil de la Floride pour pratiquer les activités que vous aimez en favorisant avec conscience, le pouvoir transformateur de votre cerveau!

En attendant, je vous souhaite une magnifique journée! 

Praticienne certifiée de la méthode Feldenkrais et Doctorante en philosophie pratique
Page Facebook : Learn-In-Movement
sandra.belzile@gmail.com 954-600-0783