JOE BIDEN ASSERMENTÉ PRÉSIDENT DES ÉTATS-UNIS
Tropical palm trees on the beach, at sunset with pastel colors

JOE BIDEN ASSERMENTÉ PRÉSIDENT DES ÉTATS-UNIS


Par Louis S. St. Laurent

Le 20 janvier 2021 à midi, Joe Biden est devenu président des États-Unis lors d’une cérémonie à laquelle ont assisté les anciens présidents Obama, Bush et Clinton, ainsi que l’ancien vice-président républicain Pence. Joe Biden a été assermenté en tant que 46e président par le juge en chef de la Cour suprême, John Roberts, et Kamala Harris a été assermentée en tant que vice-présidente par Sonia Sotomayor, aussi juge de la Cour suprême.
Avec plus de 400 000 Américains décédés de la COVID-19 et 100 000 autres qui devraient succomber d’ici la fin du mois de février, l’élection de Joe Biden était le meilleur espoir pour les Américains de vaincre ce dangereux virus. Il n’y avait eu absolument aucun leadership national de la part de l’ancien président Trump dans la lutte contre ce virus, car Trump avait découragé ses partisans de porter des masques et de suivre les conseils de sa propre équipe d’experts médicaux sur la façon d’empêcher la propagation. De plus, Trump avait encouragé les émeutes dans les salles du Congrès le 6 janvier 2021. Il s’agissait d’un effort pour empêcher que les membres du Congrès certifient l’élection de Joe Biden à la présidence.
Lors de l’inauguration, le 20 janvier 2021, le président Joe Biden a prononcé un discours émouvant pour unifier cette nation et mettre fin aux divisions créées par Trump au cours de ses quatre années au pouvoir.
Quelque 25 000 gardes nationaux ont été déployés à Washington D.C., en plus de milliers de policiers locaux et nationaux, afin de sécuriser la zone où se déroulait l’inauguration de Joe Biden en tant que président. Bien que le président Biden n’ait pas mentionné Trump par son nom, il a fait référence aux tentatives de Trump, au cours des deux derniers mois et demi, de renverser les résultats des élections de 2020 en répandant des mensonges et des théories de complot, déclarant faussement que l’élection avait été « volée ».
Le nouveau président a déclaré que « la démocratie a prévalu », ajoutant que les États-Unis ont appris une douloureuse leçon sur la fragilité de leur système gouvernemental depuis le jour des élections en novembre dernier. Biden a assuré au peuple américain qu’il allait représenter tous les Américains, y compris ceux qui ont voté pour et contre lui. Il a déclaré qu’il voulait unifier le pays et lutter en priorité contre le coronavirus.

Le président Trump, qui n’a pas assisté à l’inauguration, était déjà parti pour la Floride le matin du 20 janvier et l’État doit désormais se préoccuper des actions futures de l’ancien président Trump.

En attendant, Trump fait face à son deuxième procès de destitution au Sénat, même s’il est démis de ses fonctions. La Chambre des représentants, contrôlée par les démocrates et avec l’aide de dix républicains, a accusé Trump d’avoir incité l’insurrection au Capitole. Le procès pourrait commencer cette semaine.

Editorial

On January 20, 2021 at noon Joe Biden became president of the United States at a ceremony attended by former presidents Obama, Bush and Clinton as well as former Republican Vice-President Pence. Joe Biden was sworn in as the 46th president by Supreme Court Chief Justice Roberts and Kamala Harris was sworn in as Vice-President by Supreme Court Justice, Sonia Sotomayor.
With over 400,000 Americans already dead from COVID-19 and another 100,000 expected to die by the end of February, the election of Joe Biden was the best hope for Americans to defeat this dangerous virus. There had been absolutely no national leadership from former president Trump in fighting this virus as Trump had discouraged his supporters from wearing masks and following the advice of his own medical team on how to prevent the spreading of the virus. In addition, Trump had encouraged the riots in the halls of congress on January 6, 2021. This was an effort to stop the election of Joe Biden as President being certified by congress.
At the inauguration on January 20, 2021, President Joe Biden made a moving speech to unify this nation and stop the divisions created by Trump in his four years in office.
Some 25,000 national guards were deployed to Washington D.C., in addition to thousands of local and national police, to secure the area where the inauguration of Joe Biden as President was being held. Although President Biden did not mention Trump by name, he made a reference to Trump’s attempts over the last two and a half months to overturn the 2020 election results by spouting lies and conspiracy theories about a “stolen” election.

The new president stated that “Democracy has prevailed,” adding that the US has learned a painful lesson about the fragility of its governmental system since Election Day last November. Biden assured the American public that he would represent all Americans, including those that voted for him and those that voted against him. He stated he wanted to unify the country and fight the coronavirus as a priority.

President Trump, who did not attend the inauguration, had already left for Florida the morning of January 20th and the State now needs to be concerned of future actions by former president Trump.

Trump, meanwhile, faces his second impeachment trial in the Senate, even though he is out of office. The Democratic-controlled House, with the help of 10 Republicans, charged Trump with inciting the insurrection at the Capitol. The trial could begin this week.