ÉLECTIONS DÉCORTIQUÉES

ÉLECTIONS DÉCORTIQUÉES


Par Denise Dumont

Le 3 novembre prochain, l’avenir politique des États-Unis sera à nouveau décidé par ses citoyens. Aux prises avec la pandémie de coronavirus, un nombre record d’Américains a déjà voté par correspondance et par anticipation.

Cette année, le ticket conservateur Trump-Pence fait face au ticket libéral Biden-Harris. Les enjeux sont nombreux, le pays est plus que jamais divisé et les yeux de la planète sont rivés sur cette république fédérale démocratique agitée.

Le Scrutin
Les citoyens américains élisent leur président au suffrage universel indirect. Aux quatre ans, le premier mardi de novembre, les électeurs votent à l’élection générale pour choisir leur président via un suffrage pour les grands électeurs représentant chaque parti.

Le résultat de cette élection générale (également connue sous le nom de vote populaire) désigne les grands électeurs dans chaque État. Ce sont eux qui formeront le Collège électoral et qui voteront ultimement pour choisir le président. C’est pourquoi le gagnant du vote populaire n’est pas nécessairement celui qui remporte les élections présidentielles.

Le Collège électoral
Les élections présidentielles américaines sont proclamées par le Collège électoral qui est composé de 538 grands électeurs dont le nombre varie en fonction de la population de chaque État. La sélection des grands électeurs est un procédé en plusieurs étapes décrit sur le site Web suivant : www.archives.gov/electoral-college/electors#selection
Chaque État a autant de grands électeurs que de membres de sa délégation au Congrès: soit un pour chaque représentant à la Chambre, plus deux sénateurs. Pour donner un exemple de la répartition, la Floride possède 29 grands électeurs, la Californie 55, le Texas 38, l’État de New York 29 alors que le Vermont, l’Alaska, le Wyoming et le Delaware n’en ont que trois.

Après l’élection générale
Les grands électeurs se réunissent dans leurs États respectifs le premier lundi qui suit le deuxième mercredi de décembre, où ils voteront pour le président et le vice-président à des scrutins séparés. Les votes des électeurs de chaque État sont enregistrés sur un certificat préparé par les grands électeurs lors de cette réunion. Le certificat de vote est ensuite envoyé au Congrès, où tous les votes des grands électeurs sont comptés. Le National Archives and Records Administration (NARA) en reçoit aussi une copie dans le cadre des registres officiels de l’élection présidentielle.
Ainsi, le 14 décembre prochain, le candidat qui aura remporté au moins 270 des 538 voix de grands électeurs, sera officiellement déclaré vainqueur. Le président et le vice-président seront alors officiellement nommés. Puis, le 20 janvier 2021 à midi, lors de l’Inauguration Day, le président élu fera son discours d’investiture devant le capitole, une main sur la Bible.

Historiquement
L’histoire veut que l’élection présidentielle américaine se joue parmi les 13 swing states ou États pivots (Nevada, Arizona, Colorado, Wisconsin, Iowa, Michigan, Ohio, Floride, Géorgie, Caroline du Nord, Virginie, Pennsylvanie et New Hampshire).
Présentement, la bataille est féroce en Floride car l’importante population de retraités qui l’habite n’est pas satisfaite de la prise en charge du gouvernement Trump face à la pandémie.
Le président Trump, dont l’adresse légale est à Palm Beach, a déjà fait entendre qu’il ne cédera pas facilement la barre s’il n’était pas réélu. Ce serait la première fois depuis la déclaration de l’indépendance du pays en 1776 que le transfert du pouvoir serait effectué dans la controverse.