Hillary Clinton nous rend visite…


Par Le soleil de la Floride

Vendredi le 2 octobre dernier, Hillary Clinton, candidate démocrate à la chefferie de son parti, est venue livrer un discours passionné au Broward College de Davie, devant une foule d’environ 1 200 supporteurs.

À peine 24 heures après le massacre survenu dans un Community College en Oregon, madame Clinton a vivement condamné la suprématie du NRA (National Rifle Association) à Washington. Ce puissant groupe et les manufacturiers d’armes à feu ont trop de pouvoir au gouvernement selon elle. « Pourquoi ne pouvons-nous pas tenir notre bout et nous opposer au NRA? Je crois que c’est possible d’arriver à changer la politique sur les armes, et ceci reflète bien le sentiment des Américains » a-t-elle dit.

© Josée Pouliot
Une Dure Course…

Une dure course

Les Américains en ont royalement marre de subir les sautes d’humeurs des millionnaires, imbus pour la plupart, qui dirigent le Sénat. Ils réclament un gouvernement qui travaille pour le bien du peuple et non pour les vendettas personnelles et entre partis; Républicains contre Démocrates et vice-versa.

La campagne de chaque candidat doit présenter du nouveau, de quoi sortir de la boite tout en étant politiquement correct.

Et madame Clinton a des choses à prouver, des pots à coller, et sa popularité est présentement boiteuse.

Aucun doute qu’elle est une femme brillante et qu’elle est celle avec le plus d’expérience pour diriger la Nation. Mais elle devra exciter les supporteurs et attirer les indécis. Les derniers sondages révèlent qu’elle perd de l’avance sur le sénateur Bernie Sanders du Vermont.

Lors de cette visite à Davie, le gymnase n’était pas totalement rempli et des gens ont quitté la salle durant son discours.

© Josée Pouliot
© Josée Pouliot

Les maux et les mots

Lors de son discours de 29 minutes, Madame Clinton a soulevé une longue liste de questions et effleuré les maux ressentis par les divers groupes de la circonscription démocratique. Elle a parlé des couts universitaires plus abordables, d’une meilleure éducation au primaire, des droits des femmes et ceux des homosexuels, l’avortement, de la réforme de l’immigration et des droits de vote, et finalement, de la réforme de la justice pénale. Elle a aussi épilogué sur l’Obamacare, l’économie, et rappelé que la Floride devrait profiter de l’énergie solaire. Mais les actions doivent primer sur les belles paroles.

Il faut noter que durant cette première rencontre organisée dans la région, même si elle a attaqué le parti républicain, la politicienne n’a jamais mentionné les noms de ses opposants floridiens; Marco Rubio et Jeb Bush.

L’État de Floride est considéré comme un « Swing State ». En d’autres mots, c’est un État dans lequel aucun candidat ou parti n’est supporté massivement. La bataille est toujours intéressante et souvent, une plaque tournante.

© Josée Pouliot
© Josée Pouliot
© Josée Pouliot
© Josée Pouliot