LA FIN DU CHANGEMENT D’HEURE ?

LA FIN DU CHANGEMENT D’HEURE ?


Par Denise Dumont

Le rituel printanier d’avancer les aiguilles de l’horloge d’une heure a ravivé, une fois de plus, l’espoir que la Floride ne retourne plus jamais à l’heure normale de l’est ou  standard time.  Cet exercice serait plutôt bienvenu au pays après la pandémie, mais encore davantage dans l’État du soleil ! 

 

Le 9 mars dernier, les sénateurs américains Marco Rubio (R-FL), James Lankford (R-OK), Roy Blunt (R-MO), Sheldon Whitehouse (D-RI), Ron Wyden (D-OR), Cindy Hyde-Smith (R-MS) ), Rick Scott (R-FL) et Ed Markey (D-MA) ont réintroduit la Sunshine Protection Act, une loi qui rendrait permanente l’heure avancée, ou l’heure d’été. Si cette législation est promulguée, elle s’appliquerait aux États qui participent actuellement au changement à l’heure d’été, qui est observé huit mois par année.

« Je suis fier de réintroduire ce projet de loi bipartisan pour rendre l’heure d’été permanente et donner aux familles de notre pays plus de stabilité tout au long de l’année » a déclaré le sénateur Marco Rubio. Durant cette année, qui semble avoir été obscure tellement plus longtemps que la normale, le sénateur Rubio et le sénateur Lankford ont proposé une solution pour fournir plus de lumière naturelle en rendant l’heure d’été permanente.  

La loi actuelle

La loi fédérale de 1966 sur l’heure avancée avait été créée en raison de la façon aléatoire dont les États observaient le changement d’heure. La loi stipule donc que les États ont deux choix : ou de procéder à l’heure avancée au moment spécifié par le gouvernement, ou de demeurer à l’heure normale tout au long de l’année. Mais la Floride et plusieurs autres États désirent ce qui n’est pas offert par la loi, soit de rester à l’heure avancée d’été toute l’année. 

Pour y arriver, le Congrès doit modifier cette loi de 1966, ce qui n’a jamais été une priorité jusqu’à maintenant. Plusieurs projets d’amendement ont été soumis mais le dossier n’a jamais vu la lumière du jour. La semaine dernière,  ils étaient huit sénateurs à demander l’approbation et la ratification du projet de loi.

Raisonnements favorables

Le ministère des Transports, en charge de tous les fuseaux horaires aux États-Unis, insiste  qu’être à l’heure avancée ou daylight saving time durant toute l’année économiserait l’énergie, sauverait des vies en prévenant les accidents de la route et réduirait la criminalité. Des études ont montré que l’heure d’été toute l’année améliorerait la sécurité publique, la santé physique et la santé mentale, si fragiles durant cet hiver de COVID.

Aussi, un ensoleillement qui se prolonge plus tard dans la journée donne de la vigueur et offre le prétexte parfait pour sortir de la maison. L’impact est positif sur les dépenses de consommation. De plus, les dirigeants de Floride y voient des bénéfices ajoutés et très urgents pour l’industrie du tourisme ! C’est la plus importante industrie dans l’État et obtenir une heure d’ensoleillement supplémentaire se résumerait en revenus additionnels. Les parcs d’attraction, les activités extérieures ainsi que les terrasses des restaurants et bars retiendraient les touristes plus longtemps. Cette possibilité de rétributions accrues est plutôt bienvenue. Elle contribuerait, en partie, à une relance plus rapide de l’économie post-pandémique.

Raisonnements défavorables

Durant l’hiver, les snowbirds devront prévoir que leurs habitudes télévisuelles diffusées du Québec ou de l’Ontario seront perturbées puisqu’elles apparaitront une heure plus tôt à l’écran. Encore plus sérieux, à leur arrivée dans l’un des aéroports de Floride en hiver, il faudra qu’ils ajustent leur montre. Au départ de Floride, le billet affichera l’heure locale de départ et l’heure d’arrivée sera inscrite à l’heure locale de la destination, ce qui peut porter à confusion. 

Plusieurs industries ne sont pas d’accord avec ce bouleversement parce qu’ils doivent interagir en tout temps avec le reste du pays et du monde. Les groupes religieux, qui se réunissent pour la prière du matin après le lever du soleil, s’objectent puisque leur assemblée prendrait fin entre 8h30 et 9h et les parents de jeunes enfants d’âge scolaire craignent les accidents du matin à cause de la noirceur.

Il faut dire que ce débat remonte à très longtemps. Le président Benjamin Franklin avait préconisé le maintien à l’année de l’heure avancée afin d’épargner les bougies d’éclairage dans les chaumières. Le Congrès avait créé le daylight saving time il y a des décennies durant la guerre, mais il serait maintenant temps de penser en termes de santé mentale, de sauvegarde de l’énergie et d’utilisation du soleil qui brille gratuitement en moyenne 237 jours par an dans le Sunshine State.  

Espérons que le Congrès saura nous donner l’heure juste très bientôt !