La Floride et le cannabis…
Morning sky from Palm Beach, Florida, USA.

La Floride et le cannabis…


Par Denise Dumont

Près des deux tiers des électeurs de l’État de Floride disent qu’ils supportent la légalisation de la marijuana à des fins récréatives pour les adultes. Trois grandes initiatives se pressent pour rassembler le nombre de signatures nécessaires à l’inscription de ce projet au bulletin de vote électoral 2020.

À ce jour, une seule des trois pétitions a franchi la première étape d’obtention des 76 632 signatures vérifiées. Aucune des trois n’a atteint la deuxième étape : un examen de l’impact judiciaire et financier de la légalisation du cannabis récréatif en Floride.

Chaque pétition devra ensuite collecter 766 200 signatures certifiées par le bureau des élections de l’État au plus tard le 1er février 2020, afin d’envoyer un amendement aux électeurs avant les élections. Cette échéance est assez serrée.

En novembre 2016, les électeurs avaient approuvé la légalisation de la marijuana à des fins médicales en Floride. À noter que la tendance envahit les États-Unis depuis un bon moment. Même avant ce vent de légalisation du cannabis médical et récréationnel, la consommation de marijuana avait augmenté au pays. Le National Institute on Drug Abuse affirme que la tendance se remarque depuis 2007. En 2013, on comptait 19,8 millions d’utilisateurs contre 14,5 millions en 2007, ce qui équivaut à une augmentation de 5,8 %.
En contrepartie, l’utilisation de la plupart des drogues autres que la marijuana (opioïdes, cocaïne, tranquillisants, stimulants et sédatifs) s’est stabilisée ou a diminué au cours de la dernière décennie, sauf pour les méthamphétamines.

Est-ce que le cannabis serait une solution moins coûteuse à l’achat et qui comporte des effets secondaires beaucoup moindres que les autres drogues et médicaments prescrits ?

Le syndrome d’hyperémèse
cannabinoïde

Bien que son utilisation soit légalisée, cela ne veut pas dire que cette substance est inoffensive. Or, il faut savoir qu’elle présente elle aussi plusieurs effets secondaires, notamment le syndrome d’hyperémèse cannabinoïde (SHC). Ce syndrome se manifeste spontanément et il se caractérise par des épisodes récurrents de douleurs abdominales, des nausées et des vomissements. On le remarque surtout chez les consommateurs réguliers de cannabis. Les symptômes sont apaisés par des douches et bains d’eau très chaude, mais le traitement définitif reste le sevrage.
Le SHC est encore méconnu du milieu médical et son diagnostic prend généralement plusieurs années à être posé. Pendant ce temps, les patients atteints ont souvent tendance à augmenter leur consommation de cannabis pour tenter de se soulager, ce qui malheureusement amplifie leurs douleurs.
La désintoxication peut occasionner temporairement de l’anxiété, de l’irrita-bilité, des sueurs, des troubles du sommeil ou des problèmes digestifs. Attention de ne pas faciliter cette transition en utilisant des médicaments, car eux aussi pourraient causer une dépendance et des effets secondaires non souhaitables.

Bien équilibrer ces options est la meilleure solution.